up

Alistair - le 7 novembre 2005 (la vie)


up Cliquez sur la photo afin d'entendre le texte

J'AIME LA VIE

Oui, j'aime la vie car elle est bonne et que chaque moment demande à être savouré intensément. Chaque journée est riche d'événements multiples que bien souvent nous vivons trop machinalement, sans nous apercevoir qu'il est bon de respirer, qu'il est bon de manger, qu'il est bon de travailler, qu'il est bon d'aimer ou de recevoir des marques d'amitié.

Chaque année, des printemps renaissent, des fleurs éclosent, des moissons ondulent, des cerises mûrissent, des arbres se revêtent de leurs superbes teintes d'automne. Comment ne pas vivre intensément ces fêtes de la nature? Comment ne pas être rempli d'allégresse et d'admiration devant une telle surabondance de vie, capable de transformer des broussailles grises en gerbes de fleurs, des forêts tristes et dénudées en merveilleuses symphonies de couleurs?

Certes on ne peut nier que chaque existence est lourde aussi de périodes difficiles à traverser. Mais elles sont la plupart du temps accompagnées de marques d'amitié qui méritent d'être profondément perçues et goûtées: une main amie qui se tend, un sourire, une parole destinée à vous chauffer le coeur ne sont-ils pas des aides puissantes dans la traversée des épreuves?

Les journaux ne nous offrent souvent que les récits douloureux de catastrophes ou de désastres. Certes, en apprenant ces nouvelles, notre coeur est bouleversé profondément par la souffrance de l'humanité. Notre premier mouvement est de ne voir dans le monde que haine et turpitude. Mais si nous ouvrons davantage les yeux, nous voyons aussi ceux qui savent aimer, ceux qui savent donner leur temps pour venir en aide aux naufragés de la société, ceux qui risquent leur vie ou même la donnent pour secourir les autres, ceux qui s'investissent totalement pour des inconnus dans la détresse ou la maladie. Ne méritent-ils pas qu'on s'arrête pour mesurer à quel point ils contribuent dans leur petite sphère à l'amélioration de la condition humaine?

Aimons les moindres circonstances de la vie, si petites soient-elles: la place de village chauffée par le soleil où les gens ont l'air heureux de boire un verre ensemble à la terrasse d'un café; le manège de chevaux de bois autour duquel des parents souriants adressent des signes de tendresse à chaque passage de leur enfant; l'étal du fleuriste sur le trottoir, la sortie bruyante et joyeuse d'une école primaire, la devanture changée en fête par la grâce des décorations de Noël, l'enfant qui, avec toute la joie du monde dans les yeux, souffle les bougies de son anniversaire, et mille autres choses qui sont la trame de notre vie quotidienne et lui apportent de l'intérêt. Sachons les vivre pleinement avec la totale conscience que ces bonheurs partagés même silencieusement participent à notre bonheur de vivre construit avec toutes ces petites richesses de l'existence quotidienne. La pire des tristesses est de porter sur la vie un regard blasé car alors plus rien ne vous touche. Sachons percevoir la moindre passerelle tendue mystérieusement entre les êtres et n'oublions jamais que la vie est le plus précieux de tous les biens que nous puissions posséder sur cette terre.


Questions
  1. Quelle est l'idée principale de ce texte? (en quelques lignes)
  2. Soulignez tous les mots qui expriment des sentiments. Pouvez-vous donner un nom à ces sentiments?
Le point de grammaire:
Les verbes qui expriment des sentiments sont suivis: Formez cinq ou six phrases à l'aide des expressions suivantes ou racontez en quelques lignes un événement qui vous a procuré une grande émotion.
  1. Cela m'amuse que...
  2. Cela me convient très bien.
  3. Cela me fait rire.
  4. Cela me plaît.
  5. C'est amusant.
  6. C'est drôle.
  7. C'est un bonheur pour moi.
  8. C'est une chance pour moi.
  9. C'est une grande joie pour moi.
  10. J'aime que...
  11. J'aime bien que...
  12. Je me félicite que...
  13. Je me réjouis que...
  14. Je me réjouis avec toi que...
  15. Je me réjouis vivement que.
  16. Je partage ta joie.
  17. Je suis content que...
  18. Je suis enchanté que...
  19. Je suis enthousiasmé par (+ un substantif).
  20. Je suis heureux que...

  1. Quelle est l'idée principale de ce texte? (en quelques lignes).

    L'idée principale de ce texte est la joie de vivre. L'écrivain déclare que l'on doit s'apercevoir qu'il est bon de respirer, qu'il est bon de manger, qu'il est bon de travailler, qu'il est bon d'aimer et qu'il est bon de recevoir des marques d'amitié.

    L'écrivain décrit la splendeur des saisons, l'évolution des plantes dans les champs, dans les jardins et dans les forêts.

    Pour tout le monde, il y a des périodes difficiles à traverser, mais elles sont accompagnées de marques d'amitié: une main qui se tend, un sourire, une parole gentille.

    Les journaux ne nous offrent que des récits de désastres. Mais dans ces mêmes récits, il y a aussi des histoires d'amitié et d'amour. Il y a ceux qui savent donner leur temps pour venir en aide aux naufragés de la société. Ils méritent qu'on s'arrête pour mesurer leur contribution à l'amélioration de la condition humaine.

    Il existe dans notre vie quotidienne beaucoup de circonstances à savourer comme des gens qui partagent un verre ensemble à la terrasse d'un café, les promenades en famille ou la sortie bruyante d'une école primaire. L'écrivain rappelle que la vie est le plus précieux de tous les biens que nous puissions posséder sur cette terre.

  2. Soulignez tous les mots qui expriment des sentiments.

    Oui, j'aime la vie car elle est bonne et que chaque moment demande à être savouré intensément. Chaque journée est riche d'événements multiples que bien souvent nous vivons trop machinalement, sans nous apercevoir qu'il est bon de respirer, qu'il est bon de manger, qu'il est bon de travailler, qu'il est bon d'aimer ou de recevoir des marques d'amitié.

    Chaque année, des printemps renaissent, des fleurs éclosent, des moissons ondulent, des cerises mûrissent, des arbres se revêtent de leurs superbes teintes d'automne. Comment ne pas vivre intensément ces fêtes de la nature? Comment ne pas être rempli d'allégresse et d'admiration devant une telle surabondance de vie, capable de transformer des broussailles grises en gerbes de fleurs, des forêts tristes et dénudées en merveilleuses symphonies de couleurs?

    Certes on ne peut nier que chaque existence est lourde aussi de périodes difficiles à traverser. Mais elles sont la plupart du temps accompagnées de marques d'amitié qui méritent d'être profondément perçues et goûtées: une main amie qui se tend, un sourire, une parole destinée à vous chauffer le coeur ne sont-ils pas des aides puissantes dans la traversée des épreuves?

    Les journaux ne nous offrent souvent que les récits douloureux de catastrophes ou de désastres. Certes, en apprenant ces nouvelles, notre coeur est bouleversé profondément par la souffrance de l'humanité. Notre premier mouvement est de ne voir dans le monde que haine et turpitude. Mais si nous ouvrons davantage les yeux, nous voyons aussi ceux qui savent aimer, ceux qui savent donner leur temps pour venir en aide aux naufragés de la société, ceux qui risquent leur vie ou même la donnent pour secourir les autres, ceux qui s'investissent totalement pour des inconnus dans la détresse ou la maladie. Ne méritent-ils pas qu'on s'arrête pour mesurer à quel point ils contribuent dans leur petite sphère à l'amélioration de la condition humaine?

    Aimons les moindres circonstances de la vie, si petites soient-elles: la place de village chauffée par le soleil où les gens ont l'air heureux de boire un verre ensemble à la terrasse d'un café; le manège de chevaux de bois autour duquel des parents souriants adressent des signes de tendresse à chaque passage de leur enfant; l'étal du fleuriste sur le trottoir, la sortie bruyante et joyeuse d'une école primaire, la devanture changée en fête par la grâce des décorations de Noël, l'enfant qui, avec toute la joie du monde dans les yeux, souffle les bougies de son anniversaire, et mille autres choses qui sont la trame de notre vie quotidienne et lui apportent de l'intérêt. Sachons les vivre pleinement avec la totale conscience que ces bonheurs partagés même silencieusement participent à notre bonheur de vivre construit avec toutes ces petites richesses de l'existence quotidienne. La pire des tristesses est de porter sur la vie un regard blasé car alors plus rien ne vous touche. Sachons percevoir la moindre passerelle tendue mystérieusement entre les êtres et n'oublions jamais que la vie est le plus précieux de tous les biens que nous puissions posséder sur cette terre.

  3. Pouvez-vous donner un nom à ces sentiments?

    Le texte élève l'âme. Le sentiment est bien élevé.

  4. Formez cinq ou six phrases à l'aide des expressions suivantes ou racontez en quelques lignes un événement qui vous a procuré une grande émotion.

    1. Cela m'amuse que vous puissiez venir avec nous.
    2. Cela me convient très bien. Vous dînerez chez nous samedi.
    3. Cela me fait rire. Il a oublié son chapeau. (Qu'il ait oublié son chapeau me fait rire.)
    4. Cela me plaît. Il m'a offert un petit cadeau pour Noël. (Cela me plaît qu'il m'ait offert un petit cadeau pour Noël.)
    5. C'est amusant. Il a trouvé son chapeau chez ta soeur.
    6. C'est drôle. Le chapeau était dans la poubelle.
    7. C'est un bonheur pour moi que le CERN m'ait offert ce poste et maintenant nous habitons en France.
    8. C'est une chance pour moi. J'ai rencontré un ami par hasard, et il m'a appris la vérité.
    9. C'est une grande joie pour moi. Mon fils et son amie vont se marier.
    10. J'aime qu'ils soient heureux.
    11. J'aime bien que vous partiez de bonne heure, comme cela vous arriverez avant la nuit.
    12. Je me félicite qu'ils soient heureux.
    13. Je me réjouis qu'elles soient heureuses.
    14. Je me réjouis avec toi qu'il ait un tel succès.
    15. Je me réjouis vivement qu'il ait un tel succès.
    16. Je partage ta joie. Elle a gagné le premier prix.
    17. Je suis content que vous partiez en vacances.
    18. Je suis enchanté qu'ils soient en bonne forme.
    19. Je suis enthousiasmé par la victoire.
    20. Je suis heureux que nous soyons revenus chez nous.

Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated 6 February 2006

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 6 février 2006

Valid HTML 4.01! Valid CSS!