upAlistair - le 4 janvier 2007 (La Petite Bijou)


la lecture de alistair

J’ai lu le livre de la Petite Bijou deux fois pendant les derniers jours.  La dernière fois où[1] j’ai essayé de lire ce livre était en 2004.  A cette époque après avoir étudié le français depuis à peine[2] six mois, le livre était trop difficile.  Mais maintenant le livre n’est pas difficile.  Cela me plaît !  Il y a beaucoup de mots que je ne connais pas, mais ce n’était pas difficile de suivre l’histoire, même à l’écoute sans le texte.  La comédienne parle très nettement, et elle est facile à comprendre.  Ci-joint, il y a mon index proposé du livre.  J’espère que tu as la même édition du livre car c’est plus facile de naviguer dans le texte au téléphone.  (J’ai trouvé mon autre exemplaire du livre.  Je l’avais prêté à une amie de Cathy;  l’amie est aussi en train d’apprendre le français.  Si tu n’as pas la même édition, je pourrais t’envoyer l’autre exemplaire.)

Il s'agit[3] d’une jeune femme qui s’appelle Thérèse et qui a 19 ans.  Elle habite à Paris, et pour mieux comprendre l’histoire j’ai utilisé deux cartes de Paris, une du métro, l’autre des rues de la capitale[4].  La vraie signification des lieux dans le livre me manque car je ne connais pas bien Paris.  Mais la dernière fois où nous étions à Paris en octobre, nous avons passé la nuit dans l’hôtel Ibis près[5] de la Place Blanche, à coté de laquelle habitait notre héroïne.

La mère de Thérèse était comédienne, et les deux avaient des petits rôles d’un film quand Thérèse avait peut-être sept ans.  Son nom d'artiste était La Petite Bijou.  Aujourd’hui elle est seule.  Elle croit que sa mère est morte au Maroc depuis quatorze ans.  Elle croise dans le métro une femme qui ressemble à sa mère.  Elle décide de la suivre, partant à la recherche de ses origines.  Au fil de la recherche elle trouve quelques gens.  Le comportement de quelques uns[6] est bon, de quelques autres mauvais. 

Sans aucun doute, Thérèse est très malade.  Probablement elle souffre d'anorexie (elle est anorexique).  Au fil du livre sa condition se détériore.  Vers la fin du livre elle tente de se suicider.  Heureusement elle ne réussit[7] pas.  Peut-être que sa santé s'améliorera, mais le livre s’arrête.   Qu’est ce qui se passera à l’avenir ?  Modiano ne le dit pas.  Ca sera une autre histoire.

J’ai trouvé quelques articles sur l’Internet à propos du livre.  Les articles ont confirmé que j’avais bien compris la narration, et la signification.  L’histoire est embrouillée.  La confusion dans la tête de Thérèse, se répète dans les détails du texte.

En lisant le texte je me suis rappelé un sketch à la télévision en Angleterre.  Dans le sketch, il y a un auteur qui aime le chemin de fer.  En écrivant, il consulte tout le temps les horaires des trains pour construire l’intrigue.  Quand il écrit, il tape le clavier comme si c'était le poste de commande d’une locomotive, et fait les sons de la locomotive en même temps.  Il est fou ! Mais pour moi, c’était amusant de considérer Modiano comme ça, à propos du métro!

Parte[8]

Page[9]

Description

1

9

La première rencontre avec la femme au manteau jaune

2

21

L’immeuble de la rue du Quartier-de-Cavalerie près du Château de Vincennes

3

24

La deuxième rencontre avec la femme qui s’appelle Madame Boré

4

34

La première rencontre avec Badmaev

5

46

Le studio du 11 rue Coustou

6

51

La première rencontre avec les Valadier

7

66

La deuxième rencontre  avec la concierge

8

79

La première rencontre avec la pharmacienne

9

98

Au studio

10

107

Une visite chez les Valadier

11

114

Le chien de la petite

12

121

Le chien de la Petite Bijou

13

129

La deuxième rencontre avec Badmaev

14

136

À l’appartement de Badmaev

15

153

La deuxième rencontre avec la pharmacienne

16

166

La tentative de suicide et la renaissance

 

{1} On peut dire indifféremment 'la (dernière) fois où... / la (dernière) fois que....' Cela concerne le mot 'fois' dans son sens temporel. Normalement c'est vrai qu'on doit utiliser 'où' comme pronom relatif de temps. Le jour où les poules auront des dents (c'est-à-dire jamais), l'année où..., l'hiver où il a fait si froid.

{2} bien 'à peine'.

{3} C'est toujours impersonnel, c'est dans le cours avancé n°22.

{4} le capital, c'est la somme, l'ensemble de ce qu'on a, comme dans le livre de Karl Marx. On parle aussi du capital santé.

{5} le pré - les prés , c'est à la campagne - 'près de' signifie 'à côté de'.

{6} les uns et les autres.

{7} réussir ou avoir du succès / succéder, c'est venir après, je succède à mon prédécesseur.

{8} Bande d’enregistrement, Gallimard, Lu par Valérie Karsenti.

{9} Gallimard, Folio: ISBN 2-07-042538-X.

 


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated January 9, 2007

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 9 janvier 2007