upFrançoise - 15 février 2007 (lettre)


la lecture de francoise

Cher Alistair,

C'est donc la chatte qui t'a réveillé hier en criant famine.

'La cigale ayant chanté tout l'été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue.
Elle alla crier famine chez la fourmi sa voisine...'

On dit que le chat miaule (miauler), que le chien aboie (aboyer) et que la fourmi croonde (le four micro-ondes). Ce n'est pas très malin mais ça me fait beaucoup rire.

Parmi les mots que nous avons examinés ensemble, j'ai relevé :

A la fin du chapitre I, tu pourrais faire une sorte de résumé en fermant le livre, en faisant appel à ta mémoire et en utilisant spontanément les mots dont tu disposes, ceux dont tu te souviens.

Au début du livre, on a une longue et précise description des bords d'une rivière. C'est un paysage sauvage peuplé d'animaux, comme les lapins, les hérons, ....

Puisque tu as la lecture de ce texte, il n'est pas utile, je suppose, que je t'envoie mes propres lectures. Mais toi, tu peux le faire, si tu as le temps. C'est excellent, la lecture à haute voix.

Je te souhaite un bon weekend. Ici il fait très beau, un joli temps pour courir. Pourvu que ça dure (subjonctif) tout le weekend...

En amitié,

Françoise


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated February 19, 2007

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 19 février 2007