upAlistair - le 19 janvier 2005 (Bernard Guetta)


Cliquez sur la photo pour entendre le texte:

http://www.lexpress.presse.fr/info/france/dossier/retro2004/dossier.asp?ida=431004

 

'Ecoutez, moi ce qui me frappe beaucoup, c'est que, finalement, tout ce qu'il y a eu d'important s'est passé à l'Est, au Nord-Est ou au Sud-Est.

Au Nord-Est évidemment avec l'Ukraine, parce que la révolution ukrainienne, ce qu'on a appelé la révolution orange, pose - et va poser - toute la question, premièrement de l'entrée ou non de l'Ukraine dans l'union européenne, c'est-à-dire d'un nouvel élargissement qui poserait beaucoup de problèmes et qui en même temps peut apparaître - peut certainement apparaître - comme une idée défendable. L'Ukraine va poser en deuxième lieu - en tout cas je l'espère - le problème des relations entre l'Union européenne et le Fédération de Russie, c'est-à-dire les deux piliers du continent Europe autour desquels peuvent, ou ne peuvent pas, ou peuvent ne pas s'organiser, d'une part une tentative de restabilisation du continent, et, d'autre part une complémentarité économique qui serait extraordinairement profitable tant à la Russie qu'à l'Union européenne.

Et puis au Sud-Est, alors là il s'est passé une foule de choses. Il s'est passé l'acceptation par l'Union européenne de l'ouverture des négociations avec la Turquie.  Il s'est passé la mort d'Arafat, et il s'est passé malheureusement la poursuite du chaos en Irak.

Or, observez que ces trois événements ou ces trois évolutions sont en vérité formidablement liés.

La mort d'Arafat permet de voir soudainement l'épuisement des stratégies à la fois d'Ariel Sharron et des Palestiniens. Les deux s'aperçoivent enfin au bout de quatre ans (s'apercevaient déjà au bout de quatre ans- que la violence ne les menait à rien si ce n'est à un recul toujours plus catastrophique. Et soudain, le fait que Arafat meure, sorte de scène, permet de débloquer cette situation, permet à ce constat d'être exprimé et permet aux protagonistes d'en tirer les conséquences. Il y a un formidable mouvement vers la paix entre Israël et la Palestine, ce qui ne signifie pas forcément, malheureusement, qu'on y arrivera à coup sûr, mais jamais, même au moment d'Oslo, même au début des années 90, les chances de la paix entre Israël et la Palestine n'ont été aussi grandes.

Et puis naturellement, l'entrée de la Turquie, l'ouverture, pardon, des négociations, et si ces négociations étaient menées à bien sous une quinzaine d'années, l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne permettrait, je le crois profondément d'arriver à stabiliser les relations entre l'Europe et ce monde musulman qui est son grand voisin au sud.

Alors si vous ajoutiez à cela, si on pouvait ajouter à cela la paix entre Israël et la Palestine, eh bien écoutez, après tout, n'ayons pas peur d'être optimistes : il y a de grandes perspectives d'une stabilisation profonde qui sont peut-être en train de s'ouvrir. C'est du moyen terme, peut-être du long terme, mais cette année ne s'annonce pas si mauvaise!
 


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated 29 January  2005.

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 29 janvier 2005