Francoise 24 juin 2004 (Le loup et l'agneau)



up

Cliquez un du suivant pour entendre une lecture de la poésie:

la lecture du professionel

la lecture de francoise

la lecture de alistair

 

Le Loup et l'Agneau

 

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.

Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau,
je tette encor ma mère.
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :

Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge.

Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

 

The Wolf and the Lamb

 

The strongest is always right.
We will prove it shortly.
A lamb was quenching it's thirst
In a clear stream;
A starving wolf suddenly appears, looking for a meal,
Brought there by hunger.
How dare you foul my water hole?
Said the wolf full of righteous fury:
You will be chastised for you temerity.
Sire, replies the lamb, Your Majesty
Need not be angry;
But rather consider
That I am drinking
More than twenty feet
Downstream from him;
Therefore in no way
Could I spoil his water
.
Oh, yes you do, growled the cruel beast;
And I heard that you spoke ill of me last year.
-
How could I, if I were not yet born?
The lamb persisted,
I am still nursing.
If it were not you, then it must have been your brother.
I don't have any
. -Then it was one of your lot;
Because you are always pestering me,
You, your shepherds and your dogs.
So I have been told: I must avenge myself
."
With that, deep in the forest,
The Wolf carried off the Lamb, and ate it,
Without further ado.

 


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com

Updated 25 June 2004

Les questions ou plus d'information, entrent en contact avec Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Mis au 25 juin 2004