upFrançoise - le 27 avril 2005 (Article)


la lecture de francoise Cliquez sur la photo pour entendre une lecture du texte:


http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=50956&provenance=culture&bloc=04ubriques


Voici ma proposition de discussion. J'ai pris cet article dans le Courrier International. Qu'est-ce qu'il faut faire des objets de patrimoine que nos grands-pères ont piqué (volé) dans le passé. Franchement ils n'étaient pas raisonnables nos grands-pères. Je suppose qu'il va falloir vider la moitié du Louvre. Personnellement je préférerais admirer les antiquités dans leur pays d'origine. Je me souviens de ma visite au musée égyptien de Turin. J'y étais allée parce qu'on m'avait dit que c'était un des plus beaux musées égyptiens du monde. Effectivement c'est impressionnant mais pendant toute la visite je me demandais ce que toutes ces momies, tous ces dieux égyptiens faisaient à Turin. Ils doivent se sentir un peu perdus.

Rome rend à l'Ethiopie un obélisque volé par Mussolini
Les Ethiopiens ont accueilli, le 19 avril, le premier des trois convois aériens prévus pour la restitution par l'Italie de l'obélisque d'Aksoum, une ville située à 850 kilomètres au nord d'Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Ce monument de 150 tonnes et haut de 24 mètres, datant des IIIe et IIe siècles avant notre ère, a été volé par les troupes mussoliniennes en 1937 lors de l'invasion de l'Ethiopie. Il représente "l'une des antiquités les plus précieuses dérobées par les fascistes italiens", note The Daily Telegraph. Mussolini l'a érigé ensuite à Rome comme symbole de sa conquête de l'Ethiopie (1936-1941). Les deux autres portions de l'obélisque seront convoyées dans un délai de dix jours. L'Italie prend en charge l'ensemble des frais d'acheminement et de reconstruction de l'obélisque sur son site originel. La facture s'élève à 6,28 millions d'euros.
Le quotidien britannique rappelle fort à propos la richesse du patrimoine archéologique et historique de l'Ethiopie, royaume chrétien de rite copte dès le IVe siècle. "Aksoum était le centre d'un empire qui, à son apogée entre 200 et 100 avant Jésus-Christ, s'étendait depuis la Corne de l'Afrique jusqu'au-delà de la mer Rouge dans la péninsule Arabique." Par ailleurs, selon certains historiens religieux, cette région fut "la terre de la légendaire reine de Saba, et c'est là que se trouverait l'Arche d'alliance".

La restitution en cours de l'obélisque d'Aksoum a suscité des réactions de joie de la population locale, car l'événement était attendu depuis très longtemps. L' Addis Tribune rappelle que "l'Italie s'était engagée en 1947 auprès des Nations unies à restituer tous les biens volés à l'Ethiopie, mais n'avait pas donné suite à sa promesse".

Malgré le retour de l'obélisque d'Aksoum, l'Ethiopie est loin d'avoir récupéré l'ensemble de son patrimoine. Ainsi, The Times de Londres rapporte que "l'Ethiopie a appelé le Royaume-Uni à suivre le geste de l'Italie en rendant des centaines d'objets volés au XIXe siècle par l'armée britannique". Après leur victoire à la bataille de Magdala, en 1868, les troupes britanniques ont pillé le trésor impérial éthiopien. Si quelques objets ont été rendus, la plupart demeurent entre les mains des Britanniques : "La British Library possède environ 350 manuscrits, le British Museum 80 objets, le Victoria and Albert Museum a une couronne et un calice en or, et la Royal Library du château de Windsor conserve six manuscrits ecclésiastiques."


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated 28 April  2005

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 28 avril 2005