upFrançoise - le 28 février 2005 (conduire)


Cliquez sur la photo pour entendre une lecture du texte:

Le permis de conduire à 16 ans?

La route est la première cause de mortalité entre 14 et 18 ans. A côté de la baisse du coût du permis pour les jeunes, défendue par le gouvernement, d'autres militent* pour en abaisser l'âge.
*militer : faire campagne, argumenter

Pour
Robert Namias
Président du Conseil national de la sécurité routière

«Ce devrait être un diplôme délivré à l'école».
La route est affaire de maturation*, pas seulement de maturité. Plus on a d'expérience, plus on assimile la notion de danger.  Évidemment, les jeunes ont moins d'expérience. C'est ce déficit qu'il faut pallier**, à travers l'Éducation nationale en particulier.
*le processus
**pallier un problème : trouver une solution à ce problème

Le permis de conduire - je propose donc qu'on puisse désormais le passer dès 16 ans - n'est que la partie visible de l'iceberg. Le volet* pédagogique de mes propositions est beaucoup plus important, car on ne réussira à long terme une vraie politique de sécurité routière que lorsqu'on aura mis en place une vraie politique de formation à la route. Le permis à 16 ans n'en est que la conséquence ultime et logique.
*l'aspect

Je propose que la sécurité routière devienne une matière à part entière*, obligatoire, intégrée aux programmes et sanctionnée par un diplôme, le permis de conduire - ce qui, par ailleurs, en réduirait le coût pour les candidats. Les enseignants me rétorqueront**, à raison, que ce n'est pas leur rôle. En revanche, c'est celui de l'école. Il faudra former des professeurs ou faire appel à des intervenants contractuels***.
*une vraie matière comme les mathématiques, la géographie
**rétorquer: répondre, objecter
***des fonctionnaires, peut-être des militaires ou des gendarmes

Les opposants à ma proposition rappellent que le taux* d'accidents est plus élevé chez les jeunes. Mais justement! Si on leur délivrait un véritable enseignement, ils se sentiraient plus concernés et accepteraient plus facilement la sécurité routière et ses contraintes. Il faut leur montrer qu'en ne respectant pas certaines règles on se tue. Et que certains gestes sauvent.
*la proportion

Le permis à 16 ans fait peur aux pouvoirs publics: à cause de l'immaturité des jeunes, parce que cette politique aurait un coût élevé pour l'État, parce que le corps enseignant est plus que réservé. On dit que les jeunes ne sont ni mûrs ni raisonnables, qu'il faut les éduquer: cessons d'être hypocrites et donnons-nous-en les moyens.

Je me mets à la place des associations de victimes, qui, dans leur majorité, se sont prononcées contre ma proposition. Je ne leur parle jamais sans émotion et je comprends leurs réactions. Mais ça me surprend. Ce combat de l'éducation, j'ai l'impression d'être le seul à le mener. On s'en tient au tout répressif*: à terme, ça me paraît vain**. Dès que l'effet de choc qu'on connaît aujourd'hui sera passé, tout redeviendra comme avant. Regardez les radars automatiques: les Français sont très réservés. Et les politiques sont très sensibles à la réserve des Français, qui la leur ont notifiée*** aux dernières élections. Si on s'en tient là, le contrecoup va être terrible. Les politiques finiront par lever le pied et la mortalité sur la route repartira à la hausse****.
*on veut toujours punir
**inutile
***faire savoir, communiquer
****recommencer à augmenter

Contre
Vincent Julé
Vice-président de l'association Victimes et citoyens contre l'insécurité routière

«A 16 ans, on est moins mûr et moins responsable qu'à 18».

Robert Namias a formulé sa proposition d'autoriser le permis de conduire dès 16 ans sans en référer aux membres du Conseil national de la sécurité routière, dont il est pourtant le président. Il a expliqué que cette mesure diminuerait le nombre des jeunes qui conduisent sans permis - un problème réel: il aurait augmenté de 60% l'an dernier. Ou qu'elle réduirait les coûts du permis de conduire. En l'espèce*, M. Namias aurait mieux fait de défendre le principe d'un emprunt à taux zéro** à l'intention des candidats.
*Dans ce cas-là
**un emprunt gratuit dans une banque

Le permis actuel n'incite* pas à commencer l'éducation routière suffisamment tôt, comme en Suède, où les enfants sont sensibilisés dès leur plus jeune âge. Intégrer effectivement la sécurité routière dans le cursus scolaire, passer le «code**» à l'école: tout n'est pas à jeter dans ce que propose M. Namias - même s'il ne dit pas qui serait chargé de cette nouvelle matière, alors que les professeurs ne sont déjà pas formés aux attestations scolaires de sécurité routière (ASSR), délivrées en classes de cinquième et de troisième. Mais, quand il parle de conduire sans accompagnement à partir de 16 ans, il déraille.
*inciter à faire quelque chose: pousser, encourager à faire quelque chose
**l'apprentissage des panneaux routiers, des symboles sur le bord des routes et des règles de conduite.

Aujourd'hui, à 16 ans, la conduite accompagnée* permet de multiplier les heures passées au volant avant le permis, qui n'en impose que trente. Il faut réfléchir à une généralisation de cette pratique et à une levée des obstacles qui la freinent, financiers ou administratifs. Avec le permis à 16 ans, que deviendrait-elle? On l'autoriserait dès 14 ans? Et on laisserait les jeunes rouler sur des cyclomoteurs dès 12 ans?
*On peut conduire à 16 ans mais avec un adulte à côté et sur certaines routes seulement.

A 16 ans, on est moins responsable qu'à 18. Adolescent, on cherche à s'affirmer, à repousser ses limites. Le nombre de tués sur la route entre 14 et 18 ans est déjà indécent. C'est la principale cause de mortalité chez les jeunes de cet âge, alors qu'ils n'ont accès qu'à des deux-roues de puissance limitée. Et la majorité des accidentés sont victimes de leur propre comportement. Vous imaginez ce qu'il en serait s'ils pouvaient conduire des voitures?

Certains États américains autorisent la conduite à 16 ans, c'est vrai. Mais si, globalement, la sécurité routière est meilleure aux États-unis, il convient de préciser qu'on y meurt plus chez les 16-18 ans. Si cette mesure était adoptée chez nous, elle provoquerait le même déséquilibre. Je les vois, moi, les jeunes, quand je fais des interventions dans les lycées. Je connais leur rapport à la voiture, leur immaturité en la matière. A 18 ans, ce n'est déjà pas formidable. A 16 ans, c'est pire.


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated 28 February  2005.

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 28 février 2005