upJulie - le 07 mars 2005 (lettre)


   

Cliquez sur la photo afin d'entendre le texte

Bonjour Alistair,

J'espère que le week-end a été bon, et que votre semaine sera bonne aussi. Pour moi, ce petit week-end en Provence était une pure merveille.
Pour ce matin, voici les points à retenir :
Un geste réfléchi / irréfléchi.
Il y a dans le CD de Richard, des personnes qui ne sont pas introduites.
Il y a trois registres de langue en français :
Le français familier  : exemple " Faut que j'me casse ! "
Le français standard / courant : exemple : "Il faut que je parte" "Je dois partir"
Le français recherché : exemple : "Il est nécessaire que je m'en aille "

Pour la semaine prochaine, je vous propose de commencer la préparation de la compréhension orale du Guide Officiel du TCF, et de faire les exercices d'entraînement p 42 /43 / 44 / 45. (Niveau 5 et 6)
Vous pourrez ensuite faire les niveaux inférieurs, mais je pense que vous avez le niveau 5 / 6.
Pour l'écrit : Pouvez-vous me parler de votre film, livre préféré ?
Pour l'oral, nous pourrons parler du thème
du travail :

Voici un article :
 

L'Express du 03/01/2005
Et si on laissait les retraités travailler?
par Anne Vidalie

 Autoriser sans restriction le cumul retraite et emploi est l'une des mesures phares du rapport Camdessus. Si certains y voient un moyen habile d'augmenter les cotisations retraite et de pallier ainsi le déficit de notre régime de pension, d'autres s'insurgent, arguant que c'est accroître les rangs des demandeurs d'emploi
 
 «Il y a un gâchis incroyable à empêcher de travailler les retraités qui le souhaitent!» Pierre Leboulleux, 73 ans, ancien directeur de la société de conseil et de formation Cegos, a un avis bien arrêté sur la question: «Le travail engendre le travail. Et ceux qui travaillent sont en meilleure santé que les autres!» Officiellement retiré des affaires depuis 1996, ce septuagénaire bourré d'énergie et d'enthousiasme a poursuivi une activité rémunérée jusqu'à la fin de 2000. «Des missions ponctuelles en tant que consultant indépendant, qui représentaient un complément de revenu non négligeable», avoue-t-il. Il est toujours consultant, mais bénévole à présent. Par choix.

Cumuler retraite et emploi «sans restriction»: voilà l'une des propositions phares du rapport remis le 19 octobre à Nicolas Sarkozy, alors locataire de Bercy, par Michel Camdessus, ancien directeur général du Fonds monétaire international. Déjà, la réforme des retraites signée François Fillon va sensiblement faciliter ce cumul. Depuis le 1er janvier 2005, les retraités français que démange l'envie de travailler y sont autorisés dès 55 ans, à deux conditions: ils doivent attendre six mois minimum s'ils reprennent un job chez leur ancien employeur (ils peuvent commencer tout de suite chez un autre); l'addition de leur pension et du revenu qu'ils tirent de leur nouveau boulot, salarié ou non, ne doit pas dépasser la moyenne mensuelle des salaires perçus au cours de leurs trois derniers mois d'activité. Sinon, plus de retraite. Le dispositif est alléchant pour les cadres supérieurs, dont les retraites sont bien moins plantureuses que leurs dernières rémunérations. Beaucoup moins pour les smicards, qui touchent en moyenne plus de 80% de leur dernier salaire. «La demande émane plutôt de cadres de haut niveau qui ont le blues du travail et souhaitent s'assurer un niveau de vie élevé à la retraite», précise l'avocat Clément Raingeard, spécialiste du droit social.

Parmi les 12 millions de retraités, les «cumulards» ne sont pas légion aujourd'hui: 2% des plus de 60 ans, soit environ 185 000 personnes. Et les Français, dans leur grande majorité, ne manifestent pas une folle envie de rempiler. 72% d'entre eux affirment n'avoir aucune envie de se lancer dans une seconde vie professionnelle. Tant mieux, tranchent les détracteurs du cumul emploi-retraite: selon eux, il serait criminel de grossir davantage les rangs des demandeurs d'emploi. Priorité aux jeunes qui peinent à se faire une petite place sur le marché du travail. Tant pis, disent les partisans du boulot des seniors, les Français vont devoir s'y faire. La réforme des retraites adoptée en 2003 n'est qu'un replâtrage qui ne tiendra pas longtemps. Les cotisations retraite supplémentaires que verseront les futurs «cumulards» seront les bienvenues pour renflouer notre régime de pension. Les deux camps n'ont pas fini de s'affronter.
Titre : l'une des mesures phares : qui sert de modèle
           Pallier : trouver une solution peu satisfaisante, provisoire.
           Arguer : prétexter
&1 : avoir un avis bien arrêté sur quelque chose : être sûr de soi.
&2   : plantureux (se) : ici important(es)
        : émaner de : venir, provenir de .
&3 : rempiler : s’engager à nouveau.
      : un replâtrage : une solution précaire

Voici la correction de votre courrier :

Salut Julie
Que Quoi de neuf ?
Merci des courriers électroniques dela semaine dernière.
J’ai ajouté la page suivante:

http://www.alistairmills.com/French/Julie_28_fevrier_2005/alistair.html
J’ai fait un enregistrement du texte que j’ai écrit et que vous avez corrigé. Afin de l’écouter, il faut cliquer sur ma photo.

Voici mes remarques pour votre lecture :
Un fait / L'accord de Kyoto / Le même outil / Le climat.
Vous prononcez la consonne finale alors que nous ne la prononçons pas en français, généralement.
Un fait / faites.( On prononcera le T final s'il est suivi d'un E généralement)
Une liaison : "Ce qui pourrait être obtenu"

Comme d’habitude, j’étais en Allemagne la semaine dernière.  J’ai réécouté dans le train plusieurs fois, le livre que vous avez écrit.  Dans les marges des pages dans mon exemplaire du livre, j’ai ajouté un chiffre à coté de chaque paragraphe pour la personne qui parle.  Ci-joint est un fichier avec ma liste.  Quelquefois c’est difficile de deviner la personne qui parle.  J’ai eu une idée.  C’est un bon exercice pour le lecteur.  Peut-être Richard peut mettre des exercices comme ça pour les lecteurs dans le site sur Internet.  Qu’est-ce que vous en pensez ?

Nous avons décidé de rendre visite à ‘Il était une soie’.   J’ai envoyé un courrier électronique hier.  Je vous ai envoyé une copie cachée.  J’ai trouvé vos photographies avec Lixiane sur Internet.  Elles sont très belles, et les photographies aussi !

Pour demain, je me préparai ce soir.  Je pense que je compléterai le livre « Tout le CM2 français ».  Je vous ai envoyé un exemplaire, il y a plusieurs semaines.  Même qu’s' il y a des corrigés avec le livre, je pense que j’ai besoin des d'explications (avoir besoin de quelque chose : "J'ai besoin de conseils") La grammaire, l’orthographe, la conjugaison et le vocabulaire français sont les mêmes que quand j’étais élève en au lycée, mais il y a des choses que j’ai oubliées.  Par exemple, « oubliées » dans la phrase dernière.   Je ne me rappelle pas apprendre avoir appris à faire la concordance du participe passé du verbe avec l’objet quand l’objet précède le verbe (avec l'auxiliaire avoir au passé composé).  Je pense que le son peut changer avec les verbes comme ouvrir.  « Voici les fenêtres que j’ai ouvertes. » Oui.
  « Voici les volées volets que j’ai ouverts. ».  Est-ce que c’est vrai ? C'est exact.

Ce sont des livres que j'ai lus.
Les leçons que j'ai prises.
Les règles de grammaire que j'ai apprises.

Si vous avez d’autres idées pour demain, pouvez-vous m’envoyer un courrier électronique ?  Je lirai les courriers électroniques avant de commencer ma préparation.
Aujourd’hui, il y a plus de neige.  J’aime ça.
À demain, à 8 heures.  Probablement je vous enverrai un courrier électronique, vers minuit, comme d’hab.  Voilà quoi.
Amicalement.
Alistair

Je vais prendre le temps de réécouter mon CD et je vous enverrai les réponses : qui parle ?

C'est une bonne idée que je vais suggérer à Richard.
À très bientôt.
Bonjour à Cathy.
En attendant lundi, bonne semaine !
Amicalement.
Julie


Questions or more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated 24 April 05.

Avec des questions ou pour plus d'information, contacter Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Dernière mise à jour le 24 avril 2005.