up

Articles de La Guinguette - 2002 - janvier - société


Chercher les traductions
Articles de La Guinguette - Articles à traduire
Index (php)
Index (htm)
Statistiques (php)
Statistiques (htm)
Année
Catégorie actualité culture société
Mois
Présentation seul côte à côte
^^ article ^^ << paragraphe précédent (01) paragraphe suivant (03)>>

A table

At the Table

Une exposition très documentée sur l'art de la gastronomie au XIX ième siècle se déroule actuellement au musée d'Orsay à Paris jusqu'au 3 mars 2002. Abondamment illustrée, cette exposition se nomme A table au XIX ème siècle. On y voit des tableaux représentant des scènes de repas, les premières affiches publicitaires pour les aliments en conserve, du mobilier de salle à manger et de la vaisselle précieuse raffinée. Une partie est également réservée aux livres de cuisines.

A very well-researched exposition on the art of gastronomy in the 19th century is currently underway at the Orsay museum in Paris until March 3, 2002. Copiously illustrated, this exposition has been called At the Table in the 19th Century. You will see there paintings representing meal-time scenes, the first public posters for canned goods, dining room furniture, plus valuable and refined dishware. There is also a section reserved for cookbooks.

En France au dix-neuvième siècle, il y a la naissance d'un discours gastronomique, c'est-à-dire que le fait de manger comme une science et comme un raffinement de plus en plus important. Ca je pense, c'est un trait français qui est d'ailleurs... la France vit toujours sous cet héritage qui est celui d'une cuisine très élaborée, toujours à la recherche d'inventions, faite par des grands chefs avec un désir d'excellence, enfin vraiment de la table comme d'un art. Donc c'est, en tout cas, en matière de cuisine, pas tant en termes de décoration de la table mais en termes de cuisine au dix-neuvième siècle il y a vraiment une sorte de sacralisation gastronomique du repas comme si les Français avaient une science particulière en la matière.

Nineteenth century France saw the birth of gastronomic discourse. That is to say, that eating as a science and as an act of refinement became more and more important. That, I think, is a French trait which is from elsewhere... France still lives under this legacy, which is one of very elaborate cuisine, always looking for new creations made by great chefs with a desire for excellence, and who look, really, at eating as an art. Therefore, there was, as far as cooking was concerned, not so much in terms of the table decoration but in terms of cooking in the 19th century, there was really a sort of gastronomic sanctification of the meal, as if the French had a particular science to it.

En parcourant l'exposition installée dans les salons richement décorés de l'ancien hôtel de la gare d'Orsay, on comprend comment les habitudes alimentaires et culinaires se sont installées en France à cette époque. Pourquoi? Comment? C'est ce qu'explique Bruno Girveau, conservateur au musée d'Orsay et commissaire de l'exposition:

In glancing over the exposition set up in rooms with lavish decorations from the former hotel of the Orsay train station, you understand how eating and cooking habits settled into France during that time period. Why? How? This is what Bruno Girveau, curator at the Orsay Museum and Exposition Commissioner, explains:

Le moteur des changements dans les habitudes alimentaires, d'abord ce sont les changements techniques, les changement technologiques... L'exposition ouvre sur les effets du chemin de fer et de la conserve. Le chemin de fer, le train qui s'impose au début du XIX ème et puis dont le réseau est bien implanté sous le Second Empire, permet de faire circuler les personnes mais aussi les biens, les produits, les produits alimentaires, et donc du coup, eh bien on peut manger des produits de toutes les régions, y compris d'ailleurs au-delà des frontières de la France, depuis les colonies ou depuis d'autres pays, on peut les faire circuler rapidement net donc en manger un peu partout... et particulièrement à Paris. Le deuxième changement, le deuxième moteur technique, c'est l'invention au tout début du XIX ème siècle de la conserve, par Nicolas Appert qui crée l'appertisation, c'est à dire la conservation des aliments, d'abord dans des bocaux de verre puis ensuite dans des conserves en fer blanc.

The first driving forces of change in the eating habits were the technical changes, the technological changes... The exposition opens with the effects of the railroad and of canned goods. The railroad, the train established itself at the start of the 19th century. Then, with the railway lines well established under the Second Empire, this allowed the not only the transport of people but also of goods and products, food products. Therefore, as a result, you could consume products from all regions, including from across French borders. From the colonies or from other countries, you could rapidly transport them, and thus have a little bit to eat from everywhere...and particularly in Paris. The second change, the second driving technical force, was the invention at the very beginning of the 19th century of canned goods by Nicolas Appert, who created preservation, that is, food preservation, first in glass jars and then in tin cans.

Le chemin de fer, lui, avait aboli l'espace et la conserve a aboli le temps. Donc ça, le premier bouleversement, le premier moteur, c'est un moteur technique, ensuite on verra qu'il y a beaucoup d'autres changements sociologiques, démographiques qui ont modifié les habitudes alimentaires.

The railroad itself abolished distance, and canned goods abolished time. So, the first upheaval, the first driving force, was the technical aspect. Following, we would see a lot of other sociological and demographical changes which altered eating habits.

Parmi les grandes modifications, il y a l'apparition du restaurant.

Among the big changes was the emergence of the restaurant.

Donc, on mange, en dehors du restaurant, avant on mange dans des tavernes, dans des hôtelleries, dans des tables d'hôtes, chez des traiteurs, mais le repas, donc, pris en dehors de chez soi, est une aventure. Les récits et les guides de voyageurs sont très clairs, on a beaucoup de mal à bien manger hors de chez soi, sauf les grandes maisons aristocratiques qui peuvent circuler avec leur cuisinier et leurs provisions. Le restaurant va apporter une nouveauté, c'est-à-dire, d'abord des horaires un petit peu plus souples, une table personnelle avec une vaisselle, en faïence, également une carte, c'est-à-dire donc l'annonce de ce que vous allez manger, à quel prix. Et vous pouvez choisir. Donc c'est toute une série de services nouveaux qui n'existaient pas auparavant.

So, they ate outside the restaurant. Before they ate in taverns, in hotels, in family-style restaurants, at caterers' homes, but the meal eaten outside of one's home was an adventure. The stories and travel guides are very clear. It was difficult to eat well outside of one's home, except for the aristocrats living in large homes who could travel around with their cook and their food supply. The restaurant was going to bring something new. That is, first of all, hours which were a little more flexible, a personal table with a ceramic dishes, as well as a menu, that is to say, an indication of what you were going to eat and at what price. And you could choose. Thus, it was a whole new line of services which did not previously exist.

Cette évolution concerne aussi le service. On passe progressivement à cette époque du service à la française, au service à la russe.

The service was also part of this revolution. At that time, they went progressively from French-style service to Russian-style service.

A la française, ça signifie que quand vous passez à table tout se trouve déjà sur la table, réparti, le sucré le salé, le chaud, le froid, le chaud mis sous cloche et vous manger ce qui est à côté de vous, à portée de main. Tout est déjà mis en un service sur la table. Le service à la russe qui va peu à peu s'imposer au XIX ième siècle, c'est le service où tout est prédécoupé en cuisine et est servi à chaque personne au même moment, c'est-à-dire en fait le service que nous utilisons aujourd'hui.

French-style, that means that when you're at the table, you find everything already at the table, sharing the sweet and the savory, the hot, the cold, the hot in a covered dish, and you eat what is next to you, within arm's reach. Everything is already ready to eat on the table. Russian-style service slowly started to integrate its way in during the 19th century. With this type of service, everything is prepared in the kitchen and is served to each person at the same time. It is, in fact, the service which we use today.

Dans les maisons, la vie privée s'organise aussi différemment.

In private homes, things were also done differently.

Il faut savoir qu'avant le dix-neuvième siècle il n'y a pas de salle à manger, c'est-à-dire qu'on dresse la table, littéralement ça veut dire mettre des tréteaux, une planche un peu où on veut, en général dans une salle commune. Donc il n'y a pas de pièce affectée au repas, tandis qu'avec le dix-neuvième siècle, qui est le grand siècle de l'avènement de la bourgeoisie, le repas se sédentarise. Il s'installe dans une pièce qui va être réservée à l'usage du repas, régulièrement avec un décor spécifique, un mobilier, un dressoir, une table. La table de salle à manger n'existe quasiment pas avant le dix-neuvième siècle, de même que la pièce salle à manger s'installe dans la maison ou dans l'appartement au dix-neuvième siècle. Elle a un statut à part avec un ameublement, une vaisselle. Voilà, donc je dirais sur le plan philosophique, c'est une sorte d'embourgeoisement du repas, d'installation dans un cadre précis.

It is important to know that before the 19th century, there wasn't a dining room, so setting the table consisted of putting up a trestle and a tray pretty much wherever one wanted, usually in a room everyone used. So, there wasn't any room designated for eating, while in the 19th century, which was the great century with the rise of the middle class, meals found their place. They began to be associated with a room which was reserved for dining regularly, with a specific decor, with furniture, a buffet, and a table. The dining room table pretty much didn't exist before the 19th century, just as the dining room became a part of the home or apartment in the 19th century. It had a status of its own with furniture and dishes. There you have it. I would say that on a philosophical note, it was sort of the rise of cuisine, settling itself in to a definite framework.

$Id: 2002_01_soc_fr.htm 17 2010-04-03 11:44:00Z alistair $

$Id: 2002_01_soc.htm 4 2010-02-03 20:03:32Z alistair $


With questions or for more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated Sunday 16th May 2010

Valid HTML 4.01 Transitional