up

Articles de La Guinguette - 2004 - novembre - culture


Chercher les traductions
Articles de La Guinguette - Articles à traduire
Index (php)
Index (htm)
Statistiques (php)
Statistiques (htm)
Année
Catégorie actualité culture société
Mois
Présentation seul côte à côte
^^ article ^^ << paragraphe précédent (01) paragraphe suivant (03)>>

Le Sacre de Napoléon

The coronation of Napoleon

Le 2 décembre 1804 Napoléon Bonaparte fut sacré Napoléon I, Empereur de France.

On the second of December 1804, Napoleon Bonaparte was crowned Napoleon I, Emperor of France.

Napoléon s'est donné le titre d'empereur pour consolider sa position en France et À l'étranger et pour garantir À sa dynastie la succession du pouvoir. La cérémonie a été immortalisée par l'artiste David dans un magnifique tableau qui est actuellement le centre d'une exposition passionnante au Louvre À Paris.

Napoleon was given the title of Emperor to consolidate his position in France and abroad and to guarantee to his succession the right to power. The ceremony was immortalised by the artist David in the magnificent painting which is today the centre of a moving exhibition at the Louvre in Paris.

Le "Sacre de Napoléon" de David, immense tableau de 6, 21m par 9, 79m, est en soi un chef-d'oeuvre, par sa composition, ses jeux de lumière et la finesse de la caractérisation.

The 'Coronation of Napoleon' by David, a huge painting of 6.21 metres by 9.76 metres is itself a masterpiece with its composition, its play of light and the skill of the characterisation.

Mais c'est aussi une oeuvre de propagande, mensongère dans plusieurs détails, et son étude nous mène À une réflexion sur la relation entre l'art et le pouvoir. Sylvain Laveissière est le commissaire d'exposition:

But it is also a work of propaganda, misleading in several details, and it leads us to reflect on the relationship between art and power. Sylvain Laveissiere is the director of the exhibition.

L'occasion c'est évidemment le bicentenaire de l'événement même du sacre de Napoléon et nous avons le tableau qui représente cet événement donc, c'était assez naturel de faire une exposition autour de ce tableau. Le projet c'était un peu de... c'est pas de célébrer Napoléon, il n'a pas besoin de nous, c'est le personnage historique le plus connu. On ne va pas se faire le ridicule de faire de la publicité pour ou contre Napoléon. Ce n'est pas le propos. En revanche ce qui est intéressant c'est d'examiner comment un personnage de cette importance a un rapport avec la peinture et avec le plus grand peintre de son temps.

The occasion is of course the bicentenary of the coronation of Napoleon and the painting which represents it, so it was quite reasonable to make an exhibition around this painting. The project was a bit of... it's not to celebrate Napoleon, he does not need us, he's the best known person in history. We would make ourselves look ridiculous providing publicity for or against Napoleon. That's not the reason. On the other hand what is interesting is to examine how a person of this importance has a rapport with the painting and with the greatest painter of his time.

David est connu pour avoir été un républicain révolutionnaire farouche, il a même été... il a fait partie du Comité de salut public, mais aussi il a été emprisonné à la chute de Robespierre, et donc il a été victime de la réaction thermidorienne et il s'est évidemment un peu calmé dans ses engagements. Il a vu un peu ce qu'il en coûtait d'être très engagé, très aux côtés de la Terreur, si vous voulez, qui était celle de Robespierre et de Saint Just, et il a réfléchi en prison. Il a fait, en sortant de prison, il a fait le tableau des Sabines et le tableau des Sabines c'est très important dans l'évolution de son art mais aussi politiquement ça veut dire la reconciliation des Français. Il voit aussi le pays qui est déchiré depuis dix ans et il prêche un peu la réconciliation des Français et la fin de la Révolution. Et à cette époque-là l'homme qui incarne la fin de la Révolution et la reprise des affaires, la reprise des arts, de la paix, etc., c'est Bonaparte, parce que ça a beau être un militaire, c'est un général vainqueur en Italie, et qui a fait reconnaître finalement la République française au reste de l'Europe. Et après le traité de Campo Formio la France qui était le vilain petit canard de l'Europe pour les monarchies étrangères, commence à être respectée et à être prise au sérieux avec un chef de guerre comme Bonaparte.

David is known for having been a fervent revolutionary republican, he was even... he was a member of the Committee of Public Safety, but also he was in prison following the fall of Robespierre, and so he was a victim of the Thermidorian Reaction and he obviously calmed down a bit during his participation. He saw what it cost him being very engaged, involved in the Reign of Terror, if you like, what had happened to Robespierre and Saint Just and he thought about that in prison. He made, coming out of prison, he made the painting of Les Sabines and the painting of Les Sabines is very important in the development of his art and also his politics; that is, the reconciliation of the French people. He saw also a country which was ripped apart for ten years and he preached a little the reconciliation of the French and the end of the Revolution. And at that time, the man who embodied the end of the Revolution and the resumption of business, the resumption of the arts, of peace etc was Bonaparte because he was a great person, a military man, a victorious general in Italy and who had finally had the French Republic recognised in the rest of Europe. After the Treaty of Campo Formio, France, which had been the ugly duckling of Europe for the foreign monarchs began to be respected and to be taken seriously with a great warlord like Bonaparte.

En plus il a à ce moment-là il a cette figure très romantique avec, vous voyez, le portrait de Gros et encore plus le portrait que fait David en 1797. C'est un jeune homme avec un regard lointain et très décidé. Il a ce qu'on appelait des oreilles de chien, c'est-à-dire les cheveux longs, ça fait un peu mai 68. Il était tout le contraire, mais ça fait une espèce de génie, de héros romantique et quand David le voit... Ils sont présentés lors d'une réception après Campo Formio, au Luxembourg, où le Directoire reçoit Bonaparte et David assiste là. Et il revient dans on atelier et il dit à ses élèves "Ah, quelle belle tête il a! On lui aurait fait des autels dans l'Antiquité. C'est beau, c'est pur, c'est grand, c'est beau comme l'antique".

Furthermore at that time, he was a very romantic figure with, you see, the Portrait of Gros and the even larger portrait which David did in 1797. It was a young man with a distant look, very focussed. He has what we call dog ears; that is long hair that resembles somewhat May 1968. He was quite the opposite, but that makes a sort of genius, a sort of romantic hero and when David saw him... They met during a reception after Campo Formio in Luxembourg where the Director received Bonaparte and David was there. So he came back to his workshop and said to his students "Ah, what a beautiful head he has. They would have put him on an altar in antiquity. It is beautiful, pure, large, it's beautiful like antiquity."

Et donc pour l'artiste, un sujet de rêve:

So for the artist, the subject was like a dream come true:

La peinture d'histoire depuis Greuze, depuis Diderot, la peinture d'histoire veut avoir une dimension morale. On trouvait que les galanteries de Boucher, les bergeries, les histores d'alcôve du 18ème siècle galant, tout ça c'était immoral C'était lié à une classe dominante que la Révolution française avait d'ailleurs... avait condamnée, et en tout cas que la peinture de l'histoire ne devait plus servir ces sybarites, mais devait donner de beaux exemples de vertu, de courage, etc. Alors, peindre, les Horaces c'était bien, mais ils sont morts depuis longtemps. Peindre des contemporains, ça avait une valeur exemplaire plus grande, et David se dit, mais dans le fond, le héros moderne, je l'ai sous la main, c'est Bonaparte. Et une partie de la population partage ce point de vue. A ce moment-là, Bonaparte est un héros tout à fait positif.

In the history of painting after Greuze, after Diderot, painting must have a moral dimension. They thought that the chivalry of Boucher, the pastoral scenes, the stories of the bed chamber of the romantic 18th century, all that was immoral. It was linked to a dominating class that the French Revolution had moreover... had condemned; in any case historical painting should not serve these Sybaritics any more, but should give fine examples of virtue, of courage, etc. So painting, the Horaces are fine, but they died a long time before. The painting of the contemporaries was to have a bigger exemplary value and David thought that at its base, the modern hero, I have him in my hand, it's Bonaparte. So, some of the people shared his view. At that time, Bonaparte was a completely positive hero.

Le pouvoir de Napoléon est établi sur les champs de bataille et déjà dans la jeunesse de sa carrière, il soigne son image méticuleusement, commandant des tableaux commémoratifs après chaque campagne militaire pour immortaliser sa gloire. Il devient consul et puis en 1804 il décide de se donner le titre d'empereur:

Napoleon's power was established on the field of battle and still in the youth of his career, he looked after his image meticulously, ordering commemorative paintings after each military battle to immortalise his glory. He became Consul and then in 1804, he decided to adopt the title of Emperor:

C'est une manière pour Napoléon de manifester, dans rendre très évident aux yeux de l'Europe, qu'il est l'empereur des Français et qu'il est... et il se verrait bien d'ailleurs le seul empereur en Europe. Donc le rapport avec David, évidemment, a changé. David a été nommé premier peintre... est nommé à ce moment-là premier peintre de l'empereur alors qu'il avait refusé d'être peintre du gouvernement sous le consulat, et maintenant on ne résiste pas, je pense, aux ordres de Napoléon. Mais David voit aussi que cette position va lui donner, alors qu'il est déjà reconnu comme le premier peintre en France, ça va lui donner une autorité et qu'il pourra, comme Le Brun sous Louis XIV, qu'il pourra diriger un petit peu la politique artistique et culturelle, on dirait aujourd'hui, de la France, et ça c'est une ambition à laquelle un personnage qui aime bien le pouvoir, et qui a un talent immense et qui aime bien le pouvoir, ne résiste pas toujours, à toutes les époques, et donc voilà, il accepte ça en pensant qu'il va être le Le Brun du nouveau Louis XIV... Et il va déchanter très vite parce qu'il y a Denon, parce que Napoléon n'aime pas beaucoup qu'il y ait des pouvoirs absolus en dehors du sien, et puis il a déjà Denon le directeur du Louvre qui s'occupe de toutes ces histoires de tableaux, de commande de tableaux, d'esthétique, etc., qui modèle le goût de ce que sera la ville de Paris, de ce que seront les commandes impériales, et il entend que David soit son premier peintre pour faire les tableaux qu'il lui demandera. Donc David aura finalement beaucoup de difficultés avec Napoléon. Les enthousiasmes du début ne sont plus tout à fait ce qu'ils étaient. En même temps il lui restera très fidèle, et il restera fidèle jusqu'à la fin à Napoléon, et il pensera que ses tracas viennent de l'administration qui veut pas lui payer la somme qu'il demande. Il demandait 100 000 francs par tableau, pour les tableaux du couronnement.

It was a way for Napoleon to show, to make it clear to everyone in Europe that he was the Emperor of France and that he was... he could see himself moreover as the only emperor in Europe. So the relationship with David, obviously, changed. David had been named as the principal artist of the Emperor. He had refused to be the government artist under the Consul, and now he did not resist, I think, the orders of Napoleon. But David saw that this position was going to give him, as he was already recognised as the best painter in France, it was going to give him an authority and he would be able, like Le Brun under Louis XIV, that he would be able to direct somewhat the artistic and cultural policy, as we would say today, of France and that was an ambition to which a person who really loves power and who has huge talent and who really loves power, could not resist forever. At anytime, and so you see, he accepted it thinking that he would be the Le Brun of the new Louis XIV. But he was going to be disenchanted very quickly because there was Denon, because Napoleon did not like that there be absolute powers other than his, and then he already had Denon as the Director of the Louvre, who was dealing with all these historical paintings, orders for paintings, aesthetics etc, who dictated the taste of what Paris would become, of what would be the imperial orders and he intended that David be the principal painter for making the paintings that he would ask of him. So David would in the end have lots of troubles with Napoleon. The enthusiasm of the beginning was no longer absolutely what it had been. At the same time he would stay faithful to him, he would remain faithful to the end of Napoleon, and he would think about these troubles coming from the administration which did not want to pay him the sum that he was asking. He would ask 100,000 francs per painting, for the paintings of the coronation.

C'était le prix à payer pour réécrire l'histoire. Laetizia Bonaparte, la mère de Napoléon, par exemple, n'était pas présente à Notre Dame pour la cérémonie et son absence a été très remarquée: certains y voyaient un signe de désapprobation. Toutefois on retrouve Laetizia en position centrale sur la toile de David:

It was the price to pay for re-writing history. Laetizia Napoleon, the mother of Napoleon, for example, was not present at Notre Dame for the ceremony and her absence was noted very much: some saw it is a sign of disapproval. Nevertheless we find Laetizia in central position in the canvas of David:

Evidemment Napoléon n'a pas payé un tableau grand comme ça pour que David fasse seulement ce qu'il voulait. Alors on ne sait pas tout, parce qu'on connaît pas le secret de leurs conversations, mais... il n'y a pas même de documents, de lettres disant 'faites ci, faites ça'. Il y a que David avait prévu son sujet d'une certaine manière et que il a écrit... si, il a écrit quand même que l'Empereur lui avait demandé de faire figurer sa mère, bien qu'elle fût absente ce jour-là, de manière notoire. Et puis on sait aussi que quand Napoléon est venu voir le tableau terminé, donc, il lui a demandé de faire que le Pape bénisse le couronnement de Joséphine, alors que David l'avait représenté avec les mains sur les genoux dans une attitude très concentrée, comme dans la prière, alors que c'était la réflexion, c'était le pouvoir spirituel et que Napoléon c'était le pouvoir temporel.

Of course, Napoleon did not pay for a large painting so that David might do only what he wanted to. As we do not know everything, because we don't know the secret of their conversations, but... there are not any documents, any letters saying 'do this, do that'. David had considered his subject in a certain way and he wrote... really, he wrote anyway that the Emperor had asked him to feature his mother even though she was absent that day, rather notoriously. Then we know too that when Napoleon came to see the finished painting, he asked him to have the Pope bless the coronation of Josephine, as David had represented him with his hands on his knees in a very concerted style, as in prayer, so that was a reflection, he was the spiritual power and that Napoleon was the power of the moment.

Le grand éventement de ce tableau aussi c'est son changement de sujet: on voit très bien dans les dessins au départ que Napoléon se couronnait lui-même. Il était penché en arrière et il avait la main gauche sur son épée, et, la main droite... Il tenait la petite couronne, qu'il va poser après sur la tête de Joséphine, il la tenait au dessus de sa propre tête. Et il montrait bien comme ça que son pouvoir venait de son épée et que... Il tournait le dos au Pape, il était face au peuple, et il montrait bien que donc il était l'auteur de son propre pouvoir, c'était Jules César. Et puis, il avait peint cela, il l'a peint sur la toile, et vous pouvez voir dans le tableau, on voit très distinctement derrière le Napoléon actuel, on voit le Napoléon primitif, on voit le Napoléon qui est cambré en arrière qui se couronne lui même. On voit la trace... ça s'appelle un repentir, un pentimento en italien, et c'est une peinture qui a été faite et puis qui a été recouverte et changée par une autre attitude. Et alors ce qui est très extraordinaire c'est que quand il a changé, il a passé de Napoléon Jules César qui se couronne lui même à un Napoléon chevalier français, c'est... l'expression est de Napoléon lui-même, 'vous m'avez fait chevalier français', et bien entre les deux, à la place de l'ancienne figure David a peint une tête, qu'il a donc ajoutée au moment où il a changé. Elle n'était pas prévue au départ. Et cette tête, c'est un prêtre italien mais il lui a donné les traits du buste antique de Jules César, justement. Il a fait vraiment, et c'est tout à fait volontaire, on a le dessin du buste antique dans ses carnets, consacrés au Sacre, carnet qui est au Louvre, il a dessiné deux fois un buste de Jules César et il l'a reproduit tel quel dans le tableau, donc il a remplacé, il a replacé quand même la figure de César, non plus de manière... dans l'action, mais dans les traits mêmes du personnage qui a remplacé Napoléon.

The big event of this painting also is its change of subject: we can see clearly in the drawings from the start that Napoleon was crowing himself. He was bending backwards and he had his left hand on his epee and his right hand... he was holding the small crown that he was going to put on the head of Josephine, he was holding it above his own head. He was demonstrating like that, that his power was coming from his epee and that... He was turning his back on the Pope, he was facing the people and he was really demonstrating then that he was the author of his own power, he was Julius Caesar. Then he painted that, he painted it on the canvas you can see in the painting, we very distinctly see behind the present Napoleon, we see a primitive Napoleon, a Napoleon who is bending backwards who is crowing himself. We see a trace... it's called a regret, a pentimento in Italian, and it is a painting which was made and then was covered over and changed by another idea. So what is quite extraordinary is that when he changed over from Napoleon Julius Caesar who crowned himself Napoleon French Knight, is... the expression of Napoleon himself, "you have made me a French Knight", and well between the two, instead of the former face, David painted a head, that he then added at the moment when he changed. That was not in the original plan. So this head, it is an Italian priest but it has given him the characteristics of the ancient bust of Julius Caesar, with good reason. Really, he did, and it was quit intended, we have the drawing of the ancient bust in his notebook dealing with the coronation, a notebook which is in the Louvre, he drew twice a bust of Julius Caesar and reproduced it like that in the painting; so he replaced, he replaced anyway the face of Caesar, no longer the style... in the action, but in the very characteristics of the person who replaced Napoleon.

C'est son élève Gérard, qui était peut-être le porte-parole de Joséphine elle-même, et sans doute d'un groupe, on dirait un groupe de pression, un lobby, qui lui a suggéré un jour : "Est-ce que cette attitude arrogante qu'a Napoléon en se couronnant lui-même, comme ça, en ayant l'air de mépriser tout le monde, est-ce que vous croyez que ça lui plaidera, est ce que vous ne devriez pas, Maître, est-ce que vous devriez pas plutôt faire l'empereur en train de couronner Joséphine?"

It was his student Gerard who was the spokesman for Josephine herself, and without doubt for a group, we would say a press group, a lobby, which suggested to him one day: "Does this arrogant appearance that Napoleon has, crowning himself, like that, having a look of despising everyone, do you think that it will please him, or should you not, master, should you not have that the Emperor crowning Josephine?".

Elle était très rusée Joséphine, la veille du Sacre, elle a prévenu le Pape que Napoléon et elle étaient mariés à la mairie seulement et pas devant l'Eglise, et le Pape a dit "'mais qu'est-ce que c'est que ça, je veux pas bénir demain un couple, au nom de Dieu, un couple qui n'est même pas marié religieusement". Alors, on a réveillé Napoléon, on a réveillé le Cardinal Fèche et aux Tuileries le soir du premier décembre, 1804, ils se sont mariés. Et donc ce mariage religieux a eu lieu, Napoléon n'était pas très content, et Joséphine avait forcé la main comme ça à Napoléon. Et d'autre part elle avait toujours peur du divorce parce qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfants. Elle avait eu deux enfants avec son premier mari, Beauharnais, des enfants qui sont dans le tableau, Eugène et Hortense, mais elle ne pouvait plus avoir d'enfants avec Napoléon, et elle avait une peur terrible comme l'Empire était déclaré héréditaire... Pourquoi Napoléon s'est fait couronné empereur? C'est pour assurer un pouvoir qui se transmettrait comme celui des rois, donc Joséphine craignait d'être répudiée à tout moment et il semble que c'est elle... Napoléon à Saint Hélène va croire ça, en tout cas, il va dire ça, c'est un petit complot de Joséphine avec David : 'elle craignait d'être répudiée et elle a demandé à David de faire un tableau plus grâcieux, où ça serait le couronnement de Joséphine et non pas mon propre couronnement'. Et Napoléon dit : "J'ai laissé faire, j'étais au courant et j'ai laissé faire le tableau le plus grâcieux, et de toute façon je divorçais quand je voulais."

Josephine was herself cunning, the evening before the coronation, she warned the Pope that Napoleon and she were married in the town hall only and not at the church and the Pope said "Well, in that case, I don't want to bless tomorrow a couple in the name of God, a couple who are not even married religiously". So they woke up Napoleon, they woke up Cardinal Feche, and in the Tuilleries on the evening of the first of December 1804, they were married. And so this religious wedding had taken place, Napoleon was not very happy as Josephine had forced the hand of Napoleon like that. On the other hand she had always been afraid of divorce because she could not have children. She had had two children with her first husband, Beauharnais, the children who are in the painting, Eugene and Hortense, but she was no longer able to have children with Napoleon, and she had a terrible fear as the Empire was declared hereditary... Why did he have himself crowned Emperor? It was to assure a power which was passed on like that of the kings, so Josephine feared being rejected at any time and it seems that she... Napoleon on Saint Helena was going to say that in any case, he was going to say that, it's a little plot of Josephine and David: "she feared being rejected and she asked David to make a more graceful painting where there would be the crowning of Josephine and not my own crowing". Anyway Napoleon said "I let him do it, I was aware and I let him make the more graceful painting and so I divorced when I wanted to".

Napoléon adorait le tableau. Mais l'ironie est qu'il n'a jamais pu l'exploiter comme l'image de propagande qu'il aurait voulue. Le problème, justement, venant de Joséphine:

Napoleon loved the painting. But the irony is that he was never able to use it as the work of propaganda that he had wished. The problem, coincidently, came from Josephine:

Le tableau apparaît au public en janvier 1808. En 1809 c'est le divorce, en 1810 le remariage avec Marie-Louise d'Autriche. Donc il n'est plus question de montrer dans un palais à Paris ou même à Saint-Cloud, ou à Versailles ou ailleurs, à Trianon, un tableau qui représenterait Napoléon avec sa première femme, alors qu'il vient d'en épouser une autre. On a vu le tableau sous l'empire... On croit que c'est un tableau que tout le monde voyait tous les jours, pas du tout, les gens l'ont vu au Salon, dans l'atelier de David un petit peu, ils l'ont vu pendant quelque mois exposé seul au Louvre, puis pendant trois mois à peu près à la fin de l'année 1808 au Salon, toujours dans le Salon carré du Louvre, et puis quelque mois encore en 1810 dans le même endroit, à propos d'un concours décennal où il a eu le premier prix de peinture d'histoire contemporaine, concours qui a été d'ailleurs annulé par Napoléon. Et donc j'ai calculé pendant l'Empire le tableau a été vu 6 mois au maximum, par le public. Alors il était gravé, on en parlait, il y a eu des copies, et il y a eu des dessins peut-être qui ont circulé, il y a des gravures, évidemment, avec des listes, mais en fait c'est un tableau qui n'a pas été un tableau aussi populaire que ça, et aussi reproduit, donc c'est une image de propagande qui n'a pas eu son effet, si vous voulez. C'est comme si vous faisiez un film publicitaire et qu'on ne le sortait pas, qu'on ne le passait pas par la télévision, qu'il passe seulement dans un festival et puis voilà.

The picture appeared in public in January 1808. In 1809 there was the divorce, in 1810 the marriage to Marie-Louise of Austria. So there was no longer any question of showing it in the palace in Paris or even in Saint-Cloud, or in Versailles or elsewhere, in Trianon, a picture which showed Napoleon with his first wife when he had just married another. We see the painting in the context of the Empire. We think that it is a picture which everyone always saw, but not at all, people saw it in the Salon, the workshop of David a little, they saw it for several months on exhibition at the Louvre, then for three months towards the end of the year 1808 at the Salon, always in the tiled Salon at the Louvre and then for several months more in 1810 in the same place for a competition where it won first prize for a painting of contemporary history, a competition which had been cancelled moreover by Napoleon. So I have estimated that during the Empire, the painting was seen for 6 months at most by the general public. So they engraved it, they talked about it, there were copies of it, there were drawings perhaps which were passed around, there were engravings obviously, with lists, but in fact it's a painting that was so popular, and so reproduced that it was a propaganda item which had no effect, if you like. It is as if you were to make a publicity film and that they did not let it go out, they did not show it on the television, it only went to a festival then that was it.

Aujourd'hui c'est un des tableaux les plus visités au Louvre:

Today, it is one of the most visited pictures in the Louvre:

Je crois d'abord que les gens viennent voir Napoléon, parce que tout le monde connaît Napoléon. On sait qu'il y a un immense tableau avec Napoléon au Louvre, et comme, donc c'est une espèce de produit français d'exportation, Napoléon, un petit peu. Donc je pense que les touristes étrangers qui viennent en très grand nombre et qui vont tout de suite voir ce tableau comme ils viennent voir la Joconde, ils viennent voir une célébrité. Ils ne savent pas tous qui est David. Ils savent qui est Napoléon, c'est normal. Mais je crois aussi que quand ils voient le tableau ils sont éblouis par cette peinture, parce que c'est pas seulement un tableau de propagande. On insiste beaucoup là-dessus, c'est vrai, mais c'est aussi un chef-d'oeuvre d'un très grand peintre et il va faire un tableau qui va rivaliser avec Véronèse, avec Rubens, qui va s'inscrire dans l'histoire de la peinture. Il fait un tableau comme aucun peintre n'en a jamais fait. Et il fait un... et il a un défi absolument extraordinaire de peindre des ... de faire une action qui est immobile avec des personnages contemporains dans des costumes qui peuvent paraître complètement ridicules. Ce sont des costumes qui sont hors du temps, qui sont d'une autre époque, qui sont de la Renaissance, et on voit des contemporains, un général qui est devenu un empereur romain, et puis des gens qui sont dans des costumes de cour de Henri II, de Henri IV. Tout ça est tout à fait extravagant dans une église parisienne et il a réussi quand même à lui donner une dignité, une espèce de silence, un air de grandeur qui est extraordinaire, et des qualités picturales de lumière, de couleur qui sont absolument merveilleuses. Ce tableau est aussi... -et dans le catalogue on a reproduit tous les détails du tableau- maintenant on peut le voir, on peut le voir chez soi de manière très approfondie, voir toutes les figures, et c'est la première fois qu'on fait ça, dans un catalogue qui a été édité donc par Le Louvre et Les Cinq Continents. Il y a tout le panoramique du tableau et des détails de plus en plus rapprochés où on peut voir comment c'est un plaisir de peinture et comment David a maîtrisé jusque dans le détail cette immense machine, qui n'est pas seulement une oeuvre politique, qui est aussi une grande oeuvre d'art.

I think that first of all the people come to see Napoleon because everyone knows Napoleon. They know that there is a very large painting with Napoleon in the Louvre, and since, well it's a sort of French export product, Napoleon, a bit. So I think that the foreign tourists who come in very large numbers and who go right away to see this painting as they come to see the Mona Lisa. They come to see a celebrity. They do not know at all about David. They know who Napoleon is, that's normal. But I think also that when they see this painting they are dazzled by this painting, because it is not only a work of propaganda. We insist a lot on that subject, it's true, but it is also the masterpiece of a very great artist and he made a picture which was to rival those of Veronese, or Rubens who was to be in the hall of fame of painting. He made a painting like no picture had ever been made. He made a... and he had an absolutely extraordinary challenge of painting some... of making something come alive which is stationary with contemporary subjects in clothes which could appear completely ridiculous. These are clothes which are out of their time, which are from another time, which are from the renaissance and we see his contemporaries, a general who has become a Roman emperor and then people who are in the clothes of the court of Henry II, or Henry IV. All that is quite extravagant in a Parisian church and he managed moreover to give it dignity, a sort of silence, an appearance of quite extraordinary grandeur and colour and light qualities which are absolutely marvellous. This picture is also... - in the catalogue we have reproduced all the details of the painting - now they can see it, they can see it in their homes in a much deeper way, so all the faces, that's the first time that we have done that, in a catalogue which has been edited like that by the Louvre and the Cinq Continents. There is quite an overview of the painting and details more and more refined where we can see how it was a pleasure to paint and how David mastered completely the detail in this whole assembly which was not only a political work but also a great work of art.

L'exposition au Louvre est fortement recommandée si vous êtes à Paris. Mais sinon, le catalogue est aussi un vrai trésor: les histoires autour du tableau y sont fascinantes et richement illustrées.

The exhibition at the Louvre is strongly recommended if you are in Paris. But if that's not possible, the catalogue is also a real treasure. The stories in it around the painting are fascinating and richly illustrated.

$Id: 2004_11_cul_fr.htm 17 2010-04-03 11:44:00Z alistair $

$Id: 2004_11_cul.htm 17 2010-04-03 11:44:00Z alistair $


With questions or for more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated Sunday 16th May 2010

Valid HTML 4.01 Transitional