up

Articles de La Guinguette - 2001 - avril - culture


Chercher les traductions
Articles de La Guinguette - Articles à traduire
Index (php)
Index (htm)
Statistiques (php)
Statistiques (htm)
Année
Catégorie actualité culture société
Mois
Présentation seul côte à côte
^^ article ^^ << paragraphe précédent (01) paragraphe suivant (03)>>

Une nouvelle politique culturelle pour les villes

A New Cultural Policy for the Towns.

La Culture, avec un grand C, est une vaste question. A l'occasion de la campagne électorale en vue des prochaines élections municipales, Daniel Cohn Bendit, député européen, ayant la double nationalité franco-allemande, s'est exprimé récemment dans une réunion publique.

Culture with a big C, is a huge question. At the time of the electoral campaign with the municipal elections in sight, Daniel Cohn Bendit, a member of the European Parliament, having dual nationality of French and German, recently explained himself in a public meeting.

On se souvient de Daniel Cohn Bendit qui s'illustra en mai '68 comme chef d'un mouvement gauchiste étudiant à la Sorbonne, à Paris. On l'appelait alors Dani le Rouge. C'est bien lui qui réapparaît sur la scène politique, comme représentant d'un groupe de Verts, écologistes, pour donner sa vision de la culture dans les grandes villes. Dani, comme on l'appelle familièrement, soutient Gérard Collomb, candidat socialiste à Lyon.

We remember Daniel Cohn Bendit who became famous in May '68 as head of a left wing student movement at the Sorbonne in Paris. We called him then, Danny the Red. It is really he who has reappeared on the political scene, as a representative of the green party, the ecologists, to offer his vision of culture for the towns. Dani, as he is familiarly called, supports Gerard Collomb, the socialist candidate in Lyon.

Il y a de nouvelles expressions culturelles qui dérangent, les graffiti, sur les murs... Les graffiti sur les murs sont, pour moi, une appropriation culturelle d'une partie de la jeunesse, de leur ville, c'est-à-dire que des jeunes ont envie de dire nous existons, nous existons, dans des villes où justement on a toujours oublié de leur donner, de leur laisser un espace, de leur permettre, peut-être même, de conquérir un espace. Donc, si nous voyons ce besoin d'expression culturelle à tous les niveaux, peut-être qu'on parlera après, aussi, de l'émigration, c'est-à-dire aussi des différences de sensibilité culturelle ayant des origines différentes, nous comprenons qu'aujourd'hui, un citoyen ne pourra s'identifier à sa ville, ne pourra s'identifier et se reconnaître dans cette ville que si cette ville reconnaît ses besoins culturels à tous les niveaux. Alors, évidemment, il y a les besoins culturels, je dirais pas d'élite, mais disons d'une qualité traditionnelle qui s'exprime par un opéra, qui s'exprime par un théâtre ayant un nom, par des metteurs en scène ayant un nom, etc., ça, c'est un niveau.

There are some new cultural expressions which disturb, the graffiti on the walls... The graffiti on the walls, for me, is a cultural take over by some of the youth of their town, that is to say that some youth want to proclaim "we exist", "we exist", in the towns where we have always forgotten to give them, to leave them space, to allow them, perhaps even, to own a place. So, as we see this need for cultural expression at all levels, perhaps we will speak later, as well, about immigration, to talk also about the different cultural sensitivities, which have different origins, we understand that today, a citizen can only identify with his town, will only identify himself and be recognisable in this town if the town recognises his cultural needs at all levels. Then, obviously, there are cultural needs, I would not say of the elite, but let's say of the traditional values which express themselves through opera, which express themselves through well known theatres through well known directors etc., that's another level.

Et puis, il y a un deuxième niveau qui est une multitude, une multitude d'initiatives culturelles qui ont besoin de lieux. Ils ont besoin aussi de subventions mais la subvention vient pour moi en second. Ils ont besoin de lieux non centralisés où ils peuvent s'exprimer, où ils peuvent essayer de conquérir un public, donc, ce doivent être des lieux d'une certaine convivialité où le public a une envie d'aller pour rencontrer différentes sensibilités culturelles, initiatives culturelles et essayer de se confronter à ces initiatives.

Then there is a second level which is a multitude, a multitude of cultural initiatives which need a place. They also need subsidies but the subsidies for me are secondary. They need space, not centralised places where they can express themselves, where they can try to win over the public, so they must be places with some warmth where the public want to go to meet different cultural expressions, cultural initiatives and try to compare them for themselves.

Et puis il y a une autre chose qu'il ne faut pas oublier, que la gauche traditionnelle a, en culture, souvent oublié, c'est la culture comme expression d'avant-garde, de contestation de la société. Il ne faut pas seulement penser à une culture marchande mais il faut aussi penser à une culture qui provoque, qui dérange, qui fait mal même, par quelles pauses elle ose poser des problèmes que dans le discours disons poli, nécessairement poli, de la politique, des problèmes qu'on ne... qu'on aborde peu. Et donc, il y a, pour la démocratie, pour une ville, quelque chose de fondamental à aussi essayer de trouver les espaces qui redonnent à la culture sa capacité, des capacités contestatrices... non qui leur redonne, d'ailleurs, c'est mal dit, mais qui permette à ces capacités contestatrices de s'exprimer. Donc, pour généraliser maintenant, le rôle d'une municipalité, c'est de mettre sur pied des structures où les différentes sensibilités culturelles, où les citoyens avec leur volonté de s'approprier une certaine culture, puissent, effectivement s'exprimer. Et, cela veut dire, en pratique, qu'il faut faire des choix des fois très difficiles. Oui, il faut des institutions de renommée culturelle, mais le budget culturel n'a pas..., ne peut pas, se réduire à cela. D'un autre côté, nous avons besoin d'initiatives. Mais attention, là aussi, ne tuons pas l'initiative culturelle par une maladie de subventions où on ne sait plus à la fin pourquoi l'on subventionne quelque chose. C'est-à-dire que le plus important, c'est ce que j'ai dit, de la subvention, est les lieux, le lieu où un... une culture, des cultures puissent partir à la conquête d'un public.

And then there is one other thing that mustn't be forgotten, that the traditional left has, for culture, often forgotten, and that is culture as the avant-garde expression, of challenge, of society. We mustn't think only of a culture market, but we must think also of a culture which provokes, which disturbs which even hurts, through these interludes culture dares to pose some problems that in political speeches we speak of politely, necessarily politely, of problems one doesn't... that we rarely broach. And so, there is for the democracy of a town, something fundamental to try also to find places which give back to culture its rightful position, its potential, its contentious potential, not that which gives it however, to be badly thought of, but which permits contentious values to express themselves. So, to generalise now, the role of a town is to set up structures for different cultural expressions, where the citizens agree to adopt for themselves a particular culture, which expresses itself strongly and effectively. And, that is to say, in practice, we have to make a choice many times more difficult. Yes it's necessary to have the famous cultural institutions, but the cultural budget hasn't... cannot be restricted to that. On the other hand, we need initiatives. But be careful, there again, let's not kill cultural initiatives with a plague of subsidies so that in the end we do not know any more why we subsidise something. That's to say that the most important, as I have just said, of the subsidies, are the places, where a... a culture, of cultures which can take off and win over the public.

Et puis, pour terminer, ne baissons pas les bras face à l'expression culturelle qui dérange, que ce soit les jeunes et leurs graffiti ou que ce soit une culture d'avant-garde, méchante, agressive, mais qui fait avancer le débat de société.

And then to finish, don't throw in the sponge in face of a cultural expression which is disturbing, be it the young and their graffiti, or be it avant-garde culture, ugly, aggressive, but which advances discussion in society.

Certes, tout cela est bien carré*, voire acceptable. Oui mais voilà, c'est compter sans certains ténors, venus jouer les trouble-fête à cette réunion. Un bateau venant de s'échouer sur la côte méditerranéenne, chargé d'émigrés clandestins Kurdes, en provenance d'Iraq, pose un autre problème d'intégration culturelle en France. Les sans-papiers ont des défenseurs sachant se faire entendre. Écoutez:

Admittedly all of that is quite straight forward, indeed acceptable. Yes, that was reckoning without some loud mouths who came to be kill joys at this meeting. A boat, which had just run aground on the Mediterranean coast filled with clandestine Kurdish immigrants from Iraq, poses another question of cultural integration in France. The people without papers have some champions who know how to make themselves heard. Listen:

On a aujourd'hui des cargaisons de passagers qui viennent de nulle part et dont on ne sait pas où ils vont aller. Alors, réellement, réellement, vous parlez de citoyenneté, où est la citoyenneté dans une telle déclaration, où est la citoyenneté dans untel mépris des gens, où est la citoyenneté dans les gens qui, à Lyon, vivent sans aucun droit, et, monsieur Collomb, vous nous avez absolument baladés, parce que nous étions présents devant votre permanence, en disant que vous alliez traiter la situation des gens. Vous n'avez rien fait. Vous nous avez promenés. Vous nous avez pris pour des imbéciles et vous avez pris les sans-papiers pour des imbéciles.

We have today some boatloads of passengers who come from anywhere and no-one knows where they are going. So, really, truly, you speak of citizenship, where is the citizenship in such a statement, where is the citizenship in such disregard for people, where is the citizenship for the people who, in Lyon, live without rights, and M Collomb, you have absolutely given us the run around, because we were there in front of your office, you said that you were going to deal with the conditions of the people. You have done nothing. You have sent us for a walk. You have taken us for imbeciles and you have taken the people without papers for imbeciles.

Régularisez les sans-papiers...

Sort out the people without papers.

J'y suis! J'y reste! Je ne partirai pas!

I am here. I am staying here. I will not go away.

$Id: 2001_04_cul_fr.htm 4 2010-02-03 20:03:32Z alistair $

$Id: 2001_04_cul.htm 4 2010-02-03 20:03:32Z alistair $


With questions or for more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated Sunday 16th May 2010

Valid HTML 4.01 Transitional