up

Articles de La Guinguette - 2003 - juin - société


Chercher les traductions
Articles de La Guinguette - Articles à traduire
Index (php)
Index (htm)
Statistiques (php)
Statistiques (htm)
Année
Catégorie actualité culture société
Mois
Présentation seul côte à côte
^^ article ^^ << paragraphe précédent (01) paragraphe suivant (03)>>

Le français des régions

Regional French

Parti vraiment, l'ancien français? Pierre Rézeau en préserve néanmoins les traces. Il est, avec une équipe de douze rédacteurs, éditeur du Dictionnaire des régionalismes de France, un énorme ouvrage qui rassemble le vocabulaire, français, des différentes régions de France.

Really gone, the old French language? Pierre Rézeau preserves nevertheless the traces of it. He is, with a team of some twelve editors, editor in charge of the Dictionary of Regionalisms in France, a very large work which brings together the French vocabulary of the different regions of France.

S'intéresser au français à travers la France, c'est quelque chose en effet d'assez difficile parce que la France est très variée à beaucoup d'égards, les paysages sont variés, la cuisine est variée, les églises, les cathédrales, les vignes, tout ça est varié, et le français aussi, il est différent dans les régions de France. Toutes les régions parlent le français mais c'est un français qui n'a pas la même couleur si on est au nord, si on est à Strasbourg, si on est à l'ouest en Bretagne, ou au sud à Nice et dans le soleil de la Provence.

Being interested in French across France is something in effect quite difficult, because France is a very varied place in many regards, the countryside is varied, the cuisine is varied, the churches, the cathedrals, the vines, all of that is varied and the French language also is different in the regions of France. All the regions speak French but it is French which is not the same colour if you are in the North, if you are in Strasbourg, if you are in Brittany, or in the south in Nice, and in the sunshine of Provence.

Il a fallu bien longtemps pour mener l'entreprise à son terme.

It has taken a long time to bring this project to its conclusion.

Alors nous avons? C'est une équipe du CNRS, du centre national de la recherche scientifique, qui a lancé ce projet d'un dictionnaire des variétés du français, des variétés du lexique français. C'est un projet qui a été lancé il y a une douzaine d'années. Nous avons donc fait des enquêtes sur le terrain. C'est la première fois qu'on a fait des enquêtes à travers toute la France. Il n'y en a pas eu beaucoup mais quand même à peu près 500 enquêtes sur la façon dont les gens parlent le français. A côté de ces enquêtes, en parallèle, nous avons dépouillé, comme nous disons, beaucoup d'ouvrages: des romans, des romans policiers, des pièces de théâtre, des chansons, bon, très variés selon les régions, tout ce que nous avons pu collecter. Nous avons aussi mis en place - pour étudier l'histoire de ces faits - nous avons mis en place toute une documentation métalexicographique. C'est pas un mot grossier, ça veut dire une documentation de tous les glossaires, de tous les dictionnaires très nombreux qui ont été faits sur tel ou tel coin de France. Bien.

So what do we have? There is team from CNRS, from the National Centre for Scientific Research, which started a project for a dictionary of the varieties of French language, for the varieties of French lexicology. It is a project which was started about twelve years ago. Then we did field surveys. It is the first time that someone has done such field work across France. There were not a lot of them, but still about 500 investigations on the way in which people speak French. As well as the investigations, in parallel, we tore our hair out, as we say, on many works: novels, police novels, theatre plays, songs; good - very varied according to the region everything that we could collect. We also put in place, in order to study the history of these facts, we put in place meta lexicographical documentation. That is a big word that says documentation from all the glossaries, all the many dictionaries which have been made in this or that part of France.

Et le jeu en valait la chandelle!

And this was worth the trouble!

Alors ça nous a permis de dégager, disons, les principaux faits de variété linguistique et de faire un gros ouvrage - il est gros, il fait 2,7 kg, c'est lourd - et qui ne donne pas toutes les variétés, bien sûr, il y en a beaucoup que nous avons laissées à la porte parce que le travail ne serait pas fini, hein? Nous avons donné les principales formes, bien, et c'est un travail qui a été très bien reçu, dont beaucoup de gens ont été très contents.

That allowed us to move on, let's say, the main facts about linguistic variability and to make a huge work - it is huge, it weights 2.7 kg, it is heavy and which does not give all the varieties, or course, there are many of them which we left out because it would not have been finished you see. We gave the main forms, well, it is a work which has been very well received, with which many people have been very happy.

Est-ce que cela signifie que ce dictionnaire est absolument nécessaire pour voyager à travers la France et que vous allez devoir rajouter presque 3 kilos dans votre sac à dos cet été pour négocier le pain, le fromage et le vin dans les fermes?

Does that mean that this dictionary is absolutely necessary to travel across France and that you are going to have to add nearly 3 kilograms to your backpack to negotiate bread, cheese and wine in farms?

Maintenant quand on se promène à travers la France, il peut arriver aussi que l'on rencontre dans bien des régions, dès que l'on sort des villes, on peut rencontrer des gens en milieu rural, en particulier, qui, non seulement parlent le français avec un accent ou avec des mots particuliers, mais qui parlent aussi ce qu'on appelle habituellement, qui parlent le patois, ou qui parlent le dialecte, comme on dit. Alors ça, ça n'est pas du français, c'est une façon de parler qui n'est pas non plus, même si beaucoup le veulent, ça n'est pas une langue, c'est le reste de la façon de parler d'autrefois, si vous voulez, quand le français s'est constitué, la langue française actuelle, elle s'est pas faite en un jour, elle s'est faite lentement.

Today when you travel across France it happens that you meet in some of the regions as soon as you get out of the big towns, you can meet people in a rural setting in particular, who not only speak French with a regional accent or with special words, who speak as we usually call it, who speak patois or who speak a dialect as we say. So that, that is not French, it is a way of speaking which is no longer, even if many want it, it is not a language, it is the remains of the way of speaking of another time, if you like, when the French language was constituted, the current French language, it was not made in a day, it came about slowly.

La situation actuelle des patois est très diverse à travers la France. Pour aller vite, on peut dire qu'ils sont en voie de disparition très forte. On dit même qu'ils sont presque morts ou moribonds, mais on le dit depuis deux siècles et ils sont toujours là quand même.

The present situation of patois is very diverse across France. To go quickly, we can say that they are very strongly on their way to extinction. We say that even if they are nearly dead or moribund, but we have been saying that for two centuries and they are still there.

Alors il y a plusieurs discours si vous voulez à l'égard de ces patois. Vous avez des discours militants. Vous avez des gens qui disent 'non, c'est un moyen de communication tout à fait vivant'. D'ailleurs le mot 'patois' est refusé par ces gens-là. Ils disent qu'il s'agit d'une langue. Ce sont des langues comme le français, des langues qui n'ont pas eu de chance, des langues mises de côté, marginales, écrasées, si vous voulez, mais qui ont autant de noblesse et de vitalité que les autres, mais il faudrait que l'école, il faudrait que? une certaine littérature les aide davantage. Alors c'est tout à fait vrai que, au point de vue de? linguistique, ce sont en effet des vrais moyens de communication. Mais une langue, elle n'a pas simplement qu'une étiquette linguistique, elle a aussi une étiquette sociale. Une langue, il faut aussi, pour qu'elle existe, qu'elle soit parlée, et qu'elle soit parlée par toutes les générations. Et on s'aperçoit quand même que les jeunes générations, ici et là, conservent pas trop mal, comme elles peuvent, mais elles peuvent, conservent le patois. Ça leur permet de dialoguer avec les parents ou les grands-parents, et puis, bon, il y a en ce moment, souvent, un petit peu une recherche d'identité, une recherche d'affirmation d'un paysage linguistique local. Alors il y a quelquefois un certain 'revival', une certaine mode qui revient, mais ça reste quand même, face au rouleau compresseur du français, de la télévision, des médias, ça reste quelque chose qui, je pense, va en se marginalisant toujours davantage. Mais on peut pas dire que c'est mort. On peut pas non plus dire que ce soit très vivant, hein? Donc, si vous voulez, vous avez, selon les personnes, vous aurez des discours très militants disant 'non, non, ça existe, mais nous sommes opprimés, nous sommes écrasés. Pourquoi est-ce que ça n'est pas plus vivant? C'est parce qu'on nous empêche de parler!' Mais qu'est-ce qui empêche de parler, c'est en fait que tout le monde actuel a changé, donc ces patois on beaucoup de peine au point de vue du vocabulaire à se renouveler. Ils sont victimes, ils sont toujours obligés de faire des emprunts au français.

There are many opinions if you like regarding these patois. You have the militant opinions. You have people who say 'No, it is a way of communication absolutely alive'. Moreover the word 'patois' is refused by these people. They say that it is a language. These are languages like French, languages which have not had a chance, languages put to the side, marginalised, run-over if you like, but which have as much nobility and vitality as others, and that the schools ought to, they ought to teach some of its literature to help them, what's more. So it is absolutely true that from the linguistic point of view they are in effect a true means of communication. But a language is not simply a linguistic label; it is also a social label. A language, it is necessary also so that it may exist, that it be spoken, that it be spoken by all generations. And we see still that the young generations, here and there, conserve not too badly as they can, but they can, keeping the patois. That allows them to communicate with their parents or their grand parents, and then, well, there is at this time, often, a little bit of a search for identity, a search for the assertion of a local linguistic landscape. So there is sometimes a sort of 'revival', a sort of revival fashion which comes back, but stays still in front of the road roller of the French language, or the television, or the newspapers, so that remains something, which, I think, goes on marginalising itself still more. But we cannot say that it is dead. We cannot say neither that it be very alive, right? So, if you like, you have, according to these people, you have these very militant opinions saying 'no, no, it exists, but we are oppressed, we are run over. Why is it no longer alive? It is because we are prevented from speaking it. But what is really preventing it being spoken is the fact that the world has changed, so these patois are a lot of trouble from the point of view of vocabulary to happen again. They are victims; they are always obliged to borrow words from the French language.

Les patois ont leurs propres mots et aussi des constructions particulières, une syntaxe, une grammaire.

The patois have their own words and also their own constructions, a syntax, a grammar.

Moi je connais bien, disons, le patois de ma région, par exemple, de Vendée. J'ai travaillé dessus depuis assez longtemps. C'est sûr qu'il y a des faits qui sont tout à fait distinctifs de ces patois. Vous avez par exemple un pronom neutre qui a plusieurs siècles. On le voit déjà au treizième siècle apparaître. C'est un pronom, c'est 'o'. 'O' pour dire 'il', hein. Au lieu de dire 'il pleut', c'est le cas actuellement, au lieu de dire 'il pleut', on dit 'o mouille', le verbe 'mouiller' au sens de 'pleuvoir', 'o mouille'. Si? mais devant une voyelle, ce 'o' ce sera 'ol', du genre, si vous dites 'il y en a beaucoup', on dira en patois 'ol en a bé raide', hein. Si vous analysez, le bé raide'? moi j'ai mis du temps, quand j'étais enfant, je savais pas 'bé raide', pour moi ça voulait dire 'beaucoup' - et ça veut dire 'beaucoup' en patois, mais on l'analyse: 'ol', c'est 'il', 'ol en a', 'il y?', le 'y' il saute, hein. 'Ol en a', 'il y en a'. 'Be raide' c'est 'bien raide' en fait, 'raide' étant comme on dit 'raide dingue', un 'raide fou' quoi. Ça veut dire? c'est un intensif. 'Ol en a bé raide', bon. Eh bien disons que c'est surtout les? des mots comme ça qui sont les plus longs à disparaître. Le vocabulaire, si vous voulez, lui, il est en effet très typique des régions.

Personally I know well, let's say, the patois of my region for example, of Vendée. I have worked on that for long enough. It is sure that there are facts which are definitely distinctive in this patois. You have for example, a neutral pronoun which is several centuries old. We see it already appearing in the 13th century. It is a pronoun; it is the 'o', 'o' to say 'it', right? Instead of saying 'it is raining', we say 'it wets', the word 'to wet' in the sense of 'to rain', 'it wets'. Got it? But before a vowel this 'o' will be 'ol' in this way if you say 'there is a lot of it', we say in patois 'there is a lot if it', right? If you analyse 'le bé raide', personally there was a time when I was a child when I did not know 'bé raide' for when I wanted to say 'a lot', and that says 'a lot' in patois, but let's analyse it: 'ol' that's 'it', 'ol en a', 'il y a', the 'y' jumps out, right. 'ol en a', 'il y en a' 'bé raide' that is 'bien raide' in fact 'raide' being as we said 'raide dingue'. A 'raide fou' right! What does that mean? It is intensive 'ol en a bé raide', fine. Well let's say that it is words like that which take longest to disappear. The vocabulary if you like, that, that is in effect very typical of the regions.

Par exemple, vous avez un mot - il est même passé dans le français de la région - un mot comme, pour désigner les haricots blancs qu'en français familier on appelle 'des faillots', les haricots blancs dans la région ici on appelle ça de la mogette. Et en descendant en Saintonge vous avez un phonème très particulier avec une certaine aspiration. On dit de la mohette', comme dans certains coins du Québec d'ailleurs. Et la mogette, bon, c'est un mot? maintenant il est même passé en français. Il fait partie de ces mots qui, depuis plusieurs années, ont quitté le domaine un petit peu, disons, ancien ou retardé du patois pour apparaître dans le français de la région, bien sûr. Mais vous allez dans les magasins, vous voyez sur les conserves, vous voyez 'mogettes de Vendée'. Le mot est écrit. Il est sur les menus de restaurant, hein. Ça veut dire que c'est un mot qui fait tilt, qui est attractif, si vous voulez.

For example, you have a word - it has even passed into the French of the region - a word like, to name the white beans which in casual French we call 'faillots', the white beans in the region here we call them 'mogette'. And in going down to Saintonge you have a very distinctive phenomenon with a definite aspiration. They say 'mohette', like in some parts of Quebec moreover. And the mogette, well it is a word, now it has even entered into the French language. It makes part of these words which for several years have left their homeland a little bit, let's say, former or lifted from patois to appear in the French of the region of course. But go to the shops, you see on the shelf of tinned food, you see 'mogettes from Vendée'. The word is written. It is on restaurant menus, right. That says that it has 'oomph', which is attractive if you like.

On pourrait croire que les différents patois sont le reflet des mentalités différentes selon les régions.

We could say that the different dialects are a reflections of the different mentalities according to the regions.

Pas forcément. On a souvent dit 'les personnes de telle région sont des gens travailleurs, sérieux, bon? et leur patois montre bien qu'ils ont un accent assez lourd, qu'ils parlent lentement' ... bon, vous allez dans la région d'à côté, on trouve? 'non, ce sont des gens? ils se mettent facilement en colère, ils sont nerveux, très travailleurs et leur patois traduit bien ça?' C'est tout à fait faux. C'est tout à fait faux. La musique, bon. La musique générale, elle est différente au sud de la France et au nord de la Loire. Ça c'est vrai. Ça tient à beaucoup de phénomènes, si vous voulez. Tout ce qui est au sud de la France, les variétés nombreuses d'occitan sont beaucoup plus chantantes apparemment, beaucoup plus musicales - à Lyon déjà on le remarque, hein - que dans le nord de la France où le débit est plus? peut-être un peu plus lent, certainement et moins musical, je sais pas comment dire. Mais d'un patois à l'autre, selon une certaine? mettons à cent kilomètres de différence, d'écart, il n'y a pas vraiment de différence, si vous voulez. Il y a une différence à l'oreille. C'est pas le même patois, mais avec? autrefois avec l'habillement des gens, avec les coiffes qui étaient différentes, là on pouvait très bien identifier les villages, avec les patois aussi quand on les connaît, on dit 'ça c'est de telle région, ça c'est le nord de la Vendée, ça c'est la Charente, bon. Mais on peut pas dire que il y a une différence caractéristique dans l'intonation, dans la musicalité, dans le débit. Non, c'est pas? c'est plutôt dans la phonétique, quelquefois, qu'on va voir de la différence, comme tout à l'heure, je vous disais, l'exemple, là, du mot 'mogette' que en Charente Maritime on prononce 'mohette'. Bon, là, on voit que c'est pas le même phénomène.

Not exactly. We often say 'the people of some regions are hard working people, serious, and their patois shows well that they have a heavy enough accent, that they speak slowly... well you go to the region over there what do we find? No, there are people, they get easily angry, they are nervous, hard working and their patois conveys this. It is completely false, it is completely false. Music yes. Generally music is different in the south of France and to the north of the Loire. That is true. That is due to many phenomena if you like. All what is in the south of France, the many varieties of Occitan much more apparently song like, much more musical, at Lyon now you'll notice it right, that in the north of France where the delivery is more, perhaps a little slower, certainly and less musical, I don't know how to say it. But from one patois to another according to some conditions, let's say 100 kilometres apart, there isn't really a difference if you like. It is the same patois but with ?, in the past with people's clothes with the hairstyles which were different then we could very well identify the villages with the patois also, when they recognized them, they could say that is from such and such a region, that is from the north of Vendée, that is from Charente. But we cannot say that there is a characteristic difference in the intonation, in the musicality, in the delivery. Isn't it? It is instead in the phonetics sometimes, that we can see the difference, as just a moment ago I was saying to you, the example then of the work 'mogette' in Charente Maritime. Well there, we see that it is not the same phenomenon.

Et puis il y a encore bien sûr - alors là ce sont de vraies langues - quelques, tout à la périphérie de la France, vous avez des langues comme le basque, aux environs de Bayonne, dans le sud-ouest, en Bretagne, le breton, en Alsace, le dialecte alsacien qui est une variante de l'allemand. Vous avez aussi un peu de flamand dans le nord de la France, vous avez la Corse qui parle corse, une langue très proche de l'italien, ça ce sont des langues très différentes, tout à fait distinctes du français et distinctes des patois.

And then there are still of course - then there are some real languages - several all on the edge of France where you have languages like Basque in the area of Bayonne in the south west, in Brittany, Breton, in Alsace, the Alsatian dialect which is a variant of German. You also have a little Flemish in the north of France, you have the Corsicans who speak Corse, a language very close to Italian, and these are very different languages, quite distinctive from French and distinct from patois.

$Id: 2003_06_soc_fr.htm 17 2010-04-03 11:44:00Z alistair $

$Id: 2003_06_soc.htm 4 2010-02-03 20:03:32Z alistair $


With questions or for more information, please contact Alistair Mills alistair.mills@btinternet.com
Updated Sunday 16th May 2010

Valid HTML 4.01 Transitional